Le Cercle Modernist

Le Cercle Modernist

Blastin' Blues 45's Libellus II

 

 JUKE-JOINT-2.jpg

 - Mr Handy's Blues Hall à Menphis circa 2013 ( Source : P.B.O) -

 

 

 

 

Nous reprenons, dans ses lignes, notre sélection exclusivement dédiée aux Blues.

Comme nous l'avions précisé dans la préface "Race Music",

tous les styles, et les périodes, du Blues, sont ouverts à cette rubrique.

SEPARATEUR.png

Certes, la récurrente présence de l'
Urban Blues des années 1950, ou même du Delta Blues,

marquent tout de même une certaine préférence.

Mais, cette approche permet justement de s'aventurer dans des styles disparates.

 

harmonica.gif

 

Des époques plus obscures, mais non moins essentielles, et incontournables !

Une certaine exigence permettant de mieux saisir l'extrême complexité de cette musique Afro-américaine.

Ce "Blues 45's Libellus"est amorcé par "La sélection Blues du Cercle Modernist",

SEPARATEUR.png

un choix  composé d'une dizaine de morceaux.

Il est suivi, comme d'habitude maintenant, de "Plus en détail...",

"section" qui nous permet d'avoir plus de précisions artistes de prédilection..

 

 

-  Sélection 1 (référence en bas d'article) -

  

 carteDelta2.JPG

 - Carte de la route du Blues dans le Delta  (Source : G.G.W) -

 

 

La Sélection Blues du "Cercle Modernist"

 

 

 

 

1 - Jimmy Reed  - "Laughing at the Blues" -  VEE - JAY Records (373) - 1960

 

2 - Little Walter  -  "Juke"  - CHECKER Records (758) - 1952

 

3 - Pee Wee Huges & The Delta Duo  -  "Country Boy Blues" - DELUXE Records (126) - 1956

 

4 - Silus Hogan - "I'm in Love with You Baby"  - EXCELLO Records (2251) - 1964

 

5 - Bill Boy Arnold  - "I wish you would"  - VEE -JAY Records (146)  - 1955

 

6 - Memphis Slim  - "The comeback"  - VEE - JAY Records (343)  -  1960

 

7 - Frank Frost  - "My Baby Scratcher"  - JEWEL Records (756)  - 1966

 

8 - Model T Slim  "Shake You Boogie"  - MAGNUM Records (739)  - 1966

 

9 - Sonny Boy Williams  "Alice Mae Blues"  -  DUPLEX Records (9005)  - 1966

 

10 - Muddy Waters  -"Manish Boys" - CHESS Records (1602)  -  1955

 

 

 

 

 - Sélection 2 (référence en bas d'article) -

  muddy-howlin-703.jpg- Affiche de concert Howling' Wolf et Muddy Waters circa 1964 (?) (Source : D.B.M) -

 

 

 

 

 

 Plus en détail...

 

 

 

 

Menphis Slim "The Comeback" - VEE JAY Records (343) - 1960

 

 th (3).jpg

 - (Source : 75 M.N.S) -

 

 

 

Encore une fois notre choix se porte sur un artiste de Blues disparu ! 

 •

Mais, cette fois ci, cela fait déjà quelques années, puisque Memphis Slim est mort le 24 février 1988.

 •

Le morceau qui nous intéresse ici, est enregistré en 1960.

 SEPARATEUR.png

Cette période correspond au début de la renommée internationale du Bluesmen.

 •

Il commence ses premiers voyages, justement, durant cette même année 1960.

 Il part lors d'une tournée pour accompagner Willie Dixon en Europe.

 •

Memphis Slim reviendra deux années plus tard en Europe.

 

harmonica.gif

 

Mais, cette fois, il va effectuer la mémorable tournée avec l'American Folk Blues Festival en 1962.

 •

Une tournée qui va marquer, et séduire, à jamais le public européen.

De nouveaux spectateurs littéralement fascinés par ces musiciens Noirs.

 SEPARATEUR.png

Les Bluesmen sont en fait les véritables ambassadeurs de la musique, et de la culture, Afro-américaine en Europe continentale.

• 

Revenons, maintenant, sur le long parcours de ce Bluesmen d'exception.

 •

Le plus illustre représentant du Jump Blues, qui va graver plus de 500 titres lors d'une incomparable carrière !...

 

 

 

johnlen.jpg
- Menphis Slim circa 1950 (Source : P.R/B.V) -

 

 

 

 Memphis Slim, de son vrai nom de naissance John Lee Catman,

est née le 3 septembre 1915 à Memphis, dans l'Etat du Tennessee.

Son père, Peter Chatman chante, joue de la guitare, et du piano, dans des Juke Joints.

SEPARATEUR.png

Memphis Slim va d'ailleurs honorer rapidement le nom de son père.

Il sort, en effet, son premier disque pour OKEH Records, en 1940sous le pseudonyme de son père.

Plus tard, même lorsqu'il commence à se produire avec son nouveau surnom de Memphis Slim,

 

harmonica.gif

 

 

il continue à publier des morceaux en utilisant le nom de Peter Chatman, celui de son propre père.

Le jeune Memphis Slim va d'ailleurs débuter sa carrière en jouant dans de nombreux Honky Tonk, et Juke Joint.

Il va ainsi parcourir le Missouri, l'Arkansas et résider à Memphis.

SEPARATEUR.png

Ce n'est qu'en 1939, qu'il arrive à Chicago.

Dès son arrivée dans la Windy City,

il rencontre, et s'associe, au déjà connu Big Bill Bronzy, pour jouer dans les clubs.

 

 

 

 ffcbf89322463366432a745fe435cb64.jpg

 - Encart Publicitaire BLUEBIRD Records circa 1940 (Source : R.) -

 

 

 

C'est à cette époque qu'il amorce le début de sa légende, en réalisant deux enregistrements devenus mythiques.

En 1941, il enregistre "Beer DrinKing Woman", et "Grinder Man Blues", sur BLUEBIRD Records.

 •

Memphis devient vite l'accompagnateur officiel du label BLUEBIRD.

 

Il va ainsi accompagner Washboard Sam, John Lee Sonny Boy Williamson I, et Jazz Gilum.

SEPARATEUR.png
A partir de 1945 Menphis Slim bénéficie de la nouvelle préférence de public pour le Jump Blues.

 

Un Blues plus "orchestral" : incluant le saxophone, la guitare basse, le piano ; et bien entendu, la batterie.

 •

Memphis va enregistrer pour différents petits labels durant ces années.

 •

Il débute sur HY-TONE Records, label basé à Chicago.

 

 

harmonica.gif

 

 

Dès 1946, il signe chez MIRACLE Records,

label avec lequel il va rencontrer ses premiers succès notables.

 •

Son morceau "Rockin the House" va vite devenir un hit.

 •

De plus, Memphis Slim écrit et interprète le morceau "Nobody Loves Me".

 SEPARATEUR.png
Ce morceau va devenir le standard mondial "Every Day I Have The blues", interprété par Lowell Fulson en 1950.

 •

Durant cette même période, MIRACLE Records tombe en faillite.

 

Le label retrouve une vie sous un nouveau nom :  PREMIUM Records.

 •

Slim rejoint naturellement PREMIUM Records, il y enregistre (encore en 78 Tours) le succès "Mother Earth".

 

 

 premium850a.jpg

 - (Source : T.K) -

 

 

Memphis Slim va devoir quitter PREMIUM Records qui tombe également en faillite.

Notons, que la faillite est souvent un "passage" obligé pour les petites compagnies.

C'est une façon de rebondir, grâce à la création d'une autre compagnie.

Le marché U.S est immense : une affaire qui ne marche pas sur la Côte Ouest,

SEPARATEUR.png

peut très bien se "refaire" dans le Sud, ou directement dans la Big Apple !...

 •

Memphis est recruté par KING Records, label qui ne lui fait enregistrer qu'un seul single.

CHESS Records est aussi attiré par Slim, mais il ne rejoindra jamais la grande compagnie des frères Chess.

 •

Juste après ce passage chez KING, il enregistre pour MERCURY et UNITED Records.

 

 

harmonica.gif

 

 

C'est à ce moment qu'il rejoint le label VEE-JAY,

la période qui nous intéresse plus particulièrement.

 

Il rejoint précisément le label VEE-JAY à la fin de l'année 1958.

Il y enregistre"Menphis Slim at the Gate of the Horn", qui est considéré comme son meilleur album.

SEPARATEUR.png

De plus, comme nous l'avions souligné au tout début,

 •

Menphis Slim fait ses premiers concerts à l'extérieur des Etats-Unis.

 •

C'est un des principaux précurseurs du renouveau du Blues : le "Blues Revival".

Phénomène qui éclot grâce au triomphe auprès du public blanc en Europe.

 

 

téléchargement (4).jpg

 - (Source : V.R) -

 

 

 Mais, au dèpart, c'est le talent de Willie Dixon qui a tout déclenché.

 •

Avec ses concerts, il va "importer" ces talents bruts de l'Amérique profonde directement en Europe Continentale.

 •

Le choc va être immense, et le public réellement ébloui.

 

Notons que Memphis Slim est un Bluesmen particulièrement apprécié, et connu, ici en France ;

 
c'est surement en raison de son installation à Paris dès 1962 !

 

A partir du début des années 1970,

Memphis Slim s'impose comme un des grands Bluesmen du XXe siècle aux regard du grand public.

 

Situation privilégiée, qu'il partage avec John Lee Hooker et BB King, maintenant tous disparus.

 

harmonica.gif

 

Il va participer à de nombreuses émissions télévisuelles en Europe,

et même apparaître dans de nombreux films et documentaires.

 

Il organise une dernière tournée de concerts en Europe, avec son ami le Jazzmen George Collier.

 •

Toujours résident à ParisMemphis Slim est honoré, en 1986 :

SEPARATEUR.png

il est nommé Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres par la République Française.

 •

Memphis Slim meurt juste deux années plus tard, à l'age de 72 ans, le 24 février 1988.

 

Une année plus tard, en 1989, alors qu'il est déjà enterré à Memphis, dans le Tennessee,

 •

il est accueilli au Blues Hall of Fame, le couronnement d'une carrière remarquable. 

 

 

 

 d6441426-24af-11e4-9bda-7583ea180147.jpg

 - (Source : B.M) -

 

 

 

 

 

 

 Model "T" Slim "Shake You Boogie" - MAGNUM Records (739) - 1966

 

 R-4174272-1361152589-6652.gif.jpg

 - (Source : 75 M.N.S) -

 

 

A la grande différence de Memphis Slim,

les informations concernant Elmon Mickle, alias Model "t" Slim, sont beaucoup plus subsidiaires.

Il est née le 24 février 1919 dans la ville de Little Rock, dans l'Arkansas.

SEPARATEUR.png

Il est, dès ses 10 ans, "coaché" par John Lee Sonny Boy (le premier) pour apprendre l'harmonica.

Plus tard, Elmon Mickle jouera toujours un de ses morceaux lors de ses concerts.

Ce qui est certain dans le parcours d' Elmon Mickle, c'est un changement constant de surnom.

 

harmonica.gif

 

Certes, le fait de posséder un surnom de "scène" est une pratique courante pour un Bluesmen. 

Mais, dans ce cas précis, le nombre de surnom est proprement incroyable.

Il va se faire appeler successivement  "Harmonica Harry", "Driffting Smith", puis "Model "T" Slim" en 1966.

SEPARATEUR.png

Ce n'est que plus tard, qu'il choisit finalement le surnom de "Driftin Slim".

Il va rester tout le long de sa vie dans sa ville de Little Rock, ce qui explique en partie une petite renommée internationale.

Toutefois, il va quand même profiter d'une certain succès local.

 

 

A-2112794-1361152751-8639.jpeg.jpg

- Model "T" Slim circa 1958 (Source : B.M ) -

 

 

Ses morceaux sont passés par les deux stations de radios locales : KDRK et KGHI.

 •

N'oublions pas que les radios sont très puissantes, et omniprésentes, à cette époque.

 •

Le début de la carrière de l'autre  Sonny Boy Williamson, le II,  commence justement à la radio KFFA.

SEPARATEUR.png

Une radio d'Helena, dans l'Arkansas qui diffuse l'émission "King Biscuit Time", tout simplement le plus important programme dédié au Blues en 1941.

Elmon Mickle va lui enregistrer des morceaux au North Little Rock Studios pour Ike Turner au début des années 1950.

A partir de 1957, Elmon s'installe à Los Angeles pour le reste de sa carrière.

 

harmonica.gif

 

Il va continuer à jouer divers instruments (batterie, piano), tout en enregistrant pour différents labels.

Elmon sort plusieurs singles pour WONDER, KENT et ELKO Records.

Il enregistre le morceau "Shake You Boggie" en 1966, le morceau est en fait la flip-side de "Jackson Tennessee".

Ce single sort, à la même période, que son plus grand succès commercial.

SEPARATEUR.png

En effet, l'album "Somebody Hoo-Doo'd the Hodoo Man" sorti chez BLUESVILLE Records est un vrai succès.

En fait, Elmon Mickles rencontre le succès lorsqu'il est lui-même aux commandes.

Son style de jeu d'harmonica, de guitare, et sa maîtrise de la batterie, en font, assurément, un des grands  Bluesmen de notre temps !

Un Bluesmen trop vite oublié !...

 

Alexandre Saillide-Ulysse. 

 

 

75 M.N.S

 

bluesvillelogo.jpg
- (Source : B.V.R) -

Sources :

 - Patrick Bard, Patrick Raynarl, "Blues Mississippi Mud", Editions La Martinière, Paris, 1993.

 

- Philippe Bas-Raberin, "Les incontournables du Blues", Editions Filipacchi, Paris, 1994.

 

- Gérard Herzhaff, "La Grande Encyclopédie du Blues", Editions Fayard, Paris, 1997-2008.

 

- Philippe Bas-Raberin, "Le Blues Moderne 1945-1977", Editions Albin Michel, Paris, 1979-86.

 

Références Musicales :

 

 

- Sélection 1 : Pee Wee Huges & The Delta Duo "Country Boy Blues" - DELUXE Records (126) - 1956

 

- Sélection 2 : Sonny Boy Williams "Alice Mae Blues" - DUPLEIX Records (9005) - 1966

 



06/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres