Le Cercle Modernist

Le Cercle Modernist

IMPULSE Records

IMPULSELOGO.jpg-

- (Source : I.R) -

 

 

 

"The House that John Coltrane built"   

 

 

L'histoire de la musique Jazz va se forger, lentement et surement, dés la fin du XIXe siècle.

Les maisons de disques vont, indiscutablement, avoir une place particulière dans cette extraordinaire aventure.

 Ce sont elles qui permettent la diffusion de cette musique  à travers le monde, en grande partie grâce aux vinyles.

SEPARATEUR.png

Les labels, à la différence de l'industrie du disque, vont souvent être bien plus que de simples "diffuseurs de son".

En effet, la place, et le rôle du label, auprès du musicien, est souvent indissociable de l'incroyable aventure du Jazz...

Dans cette foisonnante histoire écrite par les différentes maisons de disques, quelquefois exclusivement dédiées au Jazz,

 

jazz-musical-instruments-seamless-pattern-black-and-white-384788.jpg

 

la compagnie IMPULSE Records occupe une place indéniablement toute particulière dans le "Jazz Pantheon" !

Une place de choix et de tout premier ordre, dans la très riche histoire musicale du Jazz ;

mais aussi, une attention et une place toute particulière au sein de notre culture Modernist.

IMPULSE Records va représenter, entre autres, l'excellence des productions Free Jazz durant les années soixante.

SEPARATEUR.png

Le fameux logo orange évoque, à tous les amateurs passionnés de Jazz, des singles de tout premier choix et de véritables Club Hits.

 

Bien entendu, tout en abordant au plus prés la passionnante et tortueuse histoire de ce label légendaire,

nous allons également nous arrêter sur quelques figures emblématiques qui ont marqué son histoire ;

comme avec, par exemple, Creed  Taylor, le créateur du label, ou encore le Jazzmen, saxophoniste de génie, John Coltrane.

 

 

 - Référence musicale 1 (en bas d'article) -

 

creedt.jpg

 - Creed Taylor circa 1959 (Source : AM.R) -

 

 

IMPULSE Records va donc être crée par Creed Taylor, exactement en 1960 .

Creed Taylor est un jeune et talentueux producteur, véritable passionné de Jazz, dont l'existence va être fortement liée à l'histoire du label.

Très jeune, il est déjà fortement passionné par la musique : dès le début de son cursus universitaire à la Duke University,

un établissement universitaire situé tout à côté de la ville de Durham dans l'état de Caroline du Nord aux Etats-Unis,

SEPARATEUR.png

Creed Taylor joue pour la première fois, sous le regard de ses propres parents (!), au sein d'un groupe local appelé The Duke Ambassadors.

C'est une formation de Jazz universitaire, évoluant justement dans la plus pure tradition des universités américaines, l'Ivy League...

Quand il quitte la Duke University, Creed Taylor rejoint tout de suite New York City pour y trouver son premier emploi, il veut réussir dans la Big Apple !..

 

Il approche alors BETHLEHEM Records, qui est la compagnie de disque qui s'occupe justement des enregistrements pour la Duke University.

 

 jazz-musical-instruments-seamless-pattern-black-and-white-384788.jpg

 

 Creed Taylor va travailler deux bonnes années pleines, entre 1954 et 1956 exactement, exclusivement en tant que producteur pour BETHLEHEM Records,

Creed va faire enregistrer, toujours pour BETHLEHEM Records, de nombreux artistes : Carmen Mac Rae, Charles Mingus ou Herbie Mann.. entre autres..

Lorsqu'il quitte BETHLEHEM Records, en 1956, c'est pour rejoindre une compagnie de disque bien plus importante : ABC Paramount Records.

En fait, en intégrant la compagnie ABC Paramount, Creed Taylor pose les tous premiers jalons de sa future aventure avec IMPULSE Records.

SEPARATEUR.png

Dès cette période, Creed s'intéresse particulièrement au Jazz : il a toujours ses anciens contacts, comme Ray Charles, qui est d'ailleurs de plus en plus demandé !

En fait, Creed Taylor devient un ami proche de Harry Levine , un des manager d'ABC Paramount, ce dernier veut bien lui faire profiter de son carnet d'adresse.

Harry Levine a déjà l'idée à cette époque de créer un label dédié exclusivement au Jazzil ne veut absolument pas "manquer" les musiciens de Jazz en vogue !

C'est donc durant cette période, que se met en place le label IMPULSE : d'abord dans l'esprit des deux amis, avant que les choses ne se concrétisent plus matériellement ...

 

 

 ABC_Records_1966.png

 - Logo ABC Records 1966 (Source : ABC.C) -

 

 

 ABC Paramount est déjà une puissante compagnie de disques au milieu des années 1950.

En fait, le label va bénéficier de la fameuse loi Anti-Trust, des années 1940 et 1950, une loi émise par le gouvernement des Etats-Unis.

Cette loi vise à faciliter la liberté de commerce dans un marché économique libre : c'est un des fondements de l'économie capitaliste américaine.

Grâce, donc, aux nouvelles dispositions économiques de cette nouvelle loi, la compagnie va vite se diversifier.

SEPARATEUR.png

ABC Paramount acquiert, entre autres, un théâtre, le Paramount Theatre à Times Square, puis le réseau des Blue Network de la Radio NBC.

Au départ, d'ailleurs, la compagnie installe ses bureaux au 1501 Broadway, situé justement à côté du Paramount Theatre.

Mais, Creed Taylor ne va participer, réellement, qu'à la première année d'existence d'IMPULSE Records, une participation néanmoins cruciale.

Car, malgré cette courte présence dans l'existence du label, Creed Taylor va "donner" à la compagnie sa plus grande vedette, avec John Coltrane.

 

jazz-musical-instruments-seamless-pattern-black-and-white-384788.jpg

 

 John Coltrane peut être aisément considéré comme un des saxophonistes de Jazz le plus révolutionnaire et doué de sa génération.

Avec IMPULSE Records, John Coltrane va faire des enregistrements mythiques pour tout amateur de Jazz.

John Coltrane  donne toute la mesure de son art, lorsqu'il est, par exemple, accompagné par Eric Dolphy au saxophone sur les magnifiques arrangements de Mc Coy.

John Coltrane va imprimer sa marque sur le son du label IMPULSE dès son premier album,  "The Complete 1961 Village Vanguard Recordings".

SEPARATEUR.png

En fait John Coltrane ne va plus quitter IMPULSE Records, à part quelques "infidélités" (!), jusqu'à sa mort en 1967.

Au total, ce ne sont pas moins de 30 albums qu'il va enregistrer et sortir pour le label, entre 1961 et 1967 !

Parmi toutes ces superbes productions, l'album "Crescent", sorti en 1964, est sans aucun doute une de ses plus grandes réussites.

La même année d'ailleurs, le John Coltrane Quartet enregistre l'album "A Love Supreme", une pièce maîtresse pour l'histoire du Jazz.

 

 

 

 impulse.png

 - (Source : I.R) -

 

 

 

Pour sa part, Creed Taylor va donc quitter IMPULSE Records, dès 1961, pour rejoindre la grande compagnie VERVE Records,

un autre grand label, dédié en grande partie au Jazz, dont nous aurons d'ailleurs l'occasion de parler plus longuement.

En quittant le label, Creed permet à Bob Thiele de prendre en main une affaire déjà bien en place avec John Coltrane en vedette.

Bob Thiele va surtout être connu pour sa création du label de Jazz FLYING DUTCHMAN en 1969,

SEPARATEUR.png

pourtant c'est avec IMPULSE Records qu'il va forger son background de producteur chevronné et attentionné.

• 

 Dés son arrivée à IMPULSE, Bob Thiele change l'équipe de techniciens et s'entoure de l'ingénieur du son Rudy Van Gelder.

 Rudy Van Gelder est un autre personnage emblématique et incontournable dans l'histoire du Jazz,

il peut même être considéré comme un des ingénieurs les plus doués dans l'histoire de la musique contemporaine.

 

jazz-musical-instruments-seamless-pattern-black-and-white-384788.jpg

  

 Bob Thiele et Rudy Van Gelder vont ainsi travailler de concert pour parfaire les enregistrements des studios IMPULSE.

Bob et Rudy vont enregistrer et collaborer, au total, pendant plus de 13 ans de concert pour IMPULSE Records.

Leur travail met littéralement en exergue le nouveau courant du Jazz, avec des musiciens comme Archie Shepp ou John Coltrane justement.


Soulignons qu'au tout début de l'aventure, lorsqu'en 1960 la compagnie est tout juste mise en place par les deux hommes,

SEPARATEUR.png

grâce à la précieuse aide de AM-PAR Record Corp (ABC Paramount ), le label s'appelle, tout simplement, PULSE Records.

Mais, très vite, Creed Taylor, qui n'était pas encore parti, va décider d'ajouter le préfixe "IM" ; il remarque que le nom du label n'est pas assez tonique !

De cette manière le label adopte définitivement le nom  d'IMPULSE Records, un nom qui va vite devenir indissociable des meilleures productions de Jazz.

Un label dont le logo va évoluer au fil du temps et devenir, lui aussi, la source d'une véritable passion s'illustrant à travers la ferveur des collectionneurs de Jazz.

 

 

 - Référence musicale 2 (en bas d'article) -

 

 impulse-billboard-1961.jpg

- Encart publicitaire du BillBoard Magazine en 1961 (Source : LJC) -

 

 

 

Au niveau des couleurs du label IMPULSE, il est possible de délimiter deux périodes réellement spécifiques.

En effet, entre 1960 et 1968, une première période est facilement reconnaissable grâce aux couleurs orange et noire.

Ces couleurs correspondent à la période majeure du label : l'amateur de Jazz reconnait tout de suite le label justement grâce à ses couleurs criantes ;

au même titre que la très légendaire "note bleu" caractérisant les productions du label de la Big Aplle BLUE NOTE.

SEPARATEUR.png
Cette toute première période, "Orange Black Label" dirons nous, est elle même composée des premières productions PAM-AR Records,

 •

enregistrées entre 1960 et 1963 ; dès 1963 donc, une seconde phase de production commence avec ABC Paramount.

 •

Plus tard, entre 1968 et 1973, c'est une prédominance de la couleur noir et du rouge qui va marquer le visuel d' IMPULSE Records.

• 

Notons qu'il y à, bien entendu, d'autres couleurs proposées au public durant ces deux phases spécifiques, comme avec les diffusions spéciales par exemple...

 

jazz-musical-instruments-seamless-pattern-black-and-white-384788.jpg

 

Malgré une crise relative du secteur, l'industrie du disque à encore les moyens à cette époque : elles pouvaient avoir des productions différentes et variées. 

• 

En plus des sorties Promo en blanc, ou d'autres cas spécifiques, le label apparaît de plus en plus coloré avec le début des années 1970.

La plupart des pochettes du label IMPULSE vont être dessinées par Fran Attaway : un directeur artistique de la compagnie qui décide d'utiliser des couleurs "flash".

Comme nous l'avons déjà souligné, le visuel du logo est particulièrement travaillé par les compagnies de disques, chose que Fran Attaway comprend vite !

SEPARATEUR.png

Cette fin des années 1960 voit le départ de Bob Thiele : il quitte IMPULSE, après des problèmes d'ordres financiers avec ABC Records.

Pour la petite histoire, Bob Thiele ne va pas quitter le monde du Jazz, loin de là même, il crée en 1969 le légendaire label FLYING DUTCHAMN.

• 

 C'est Ed Mitchell qui prend, en 1969 donc, le nouveau poste à la tête d' IMPULSE : il continue le travail fait par Bob Thiele et le label alors atteint son apogée.

C'est une période d'apogée commerciale et financière pour le label, même si, il est vrai, les productions ne sont plus exclusivement dédiées au Jazz,

 

 

 - Référence musicale 3 (en bas d'article) -

 

200209_040.jpg
- Bob Thiele (à gauche) IMPULSE Records et John Coltrane dans les studios IMPULSE en 1963 (Source : JC/J.A

 

 

 

 De plus, la qualité de production des disques proposés au public n'est plus la même qu'au départ : le succès change souvent in male ...

Cette extrême diversification musicale du label, largement voulue et poussée par la "maison mère " ABC, amène le label à sortir, en 1970,

l'album "Trespass" du groupe de Pop music The GENESISc'est le second album du groupe aux Etats-Unis, il va d'ailleurs enrichir le label d'Ed Mitchell !..

SEPARATEUR.png
Le label va continuer à sortir de nombreux disques durant les années
1970, mais la période d'or dédiée au Jazz est malheureusement révolue, comme ailleurs...

En fait, IMPULSE va constamment être dépendant des choix proposés par sa maison mère, des choix malheureusement pas toujours justifiés ou pertinents.

Durant les années 1970 le label va subir, entre autres, de nombreuses attaques venant de ses concurrents, comme par exemple  DUNHILL Records, le marché du disque est en crise.

 

jazz-musical-instruments-seamless-pattern-black-and-white-384788.jpg

 

Nonobstant cette concurrence, DUNHILL Records est un label qui appartient, en fait, à ABC PARAMOUNT : tout simplement la même "maison mère" !

Cette situation ne va pas empêcher DUNHILL de devenir, très vite, le plus sérieux concurrent d'IMPULSE .... l'argent n'a pas d'odeur !....

Malgré ces revers, IMPULSE rachète des compagnies en acquérant deux labels : FAMOUS MUSIC et GULF WESTERN Records.

SEPARATEUR.png

En fait, IMPULSE devient, durant ses dernières années d'existence, un label de plus en plus dépendant de DUNHILL Records.

Le rapprochement entre les deux compagnies amène IMPULSE à s'installer carrément dans les locaux de DUNHILL à Los Angeles, en Californie.

L'histoire du label proprement dit va en fait s'arrêter, une première fois, cette année 1974; alors que la compagnie vient de racheter les deux labels cités ... 

 

 

 - Référence musicale 4 (en bas d'article) -

 

 f9274ed840244d6fa27a95cf644da634_400x400.png

- (Source : JM) -

 

 

 

 IMPULSE Records va, en effet, produire quelques titres de Pop ou même de  Rock (ce qui nous semble déjà trop à nos yeux...), mais,

ses toutes dernières productions sont, tout de même, enregistrées par des géants du Jazz comme Archie Shepp, Pee Wee Russell ou John Coltrane.

Au bout du compte, même lors de ses toutes dernières productions, le label IMPULSE reste fidèle à la musique Jazz.

SEPARATEUR.png

Une musique Jazz, qui va lui permettre de devenir une des plus belles réussites dans le business de la musique aux Etats-Unis.

Ce label demeure, indiscutablement, une référence incontournable pour le Jazz, et, il est aussi, et toujours (!), une source d'inspiration pour nous Modernist.

 Les couleurs de ce label évoquent à jamais l'excellence d'une musique viscéralement attachée au Corpus de notre culture !... For Mods Only...

 

Alexandre Saillide-Ulysse.

 

 

75 M.N.S

 

Sources :

- Lucien Malson "Histoire du Jazz", Editions Seuil, Paris, (1976) 1994

- Bob Thiele "What a Wonderful World", Editions Oxford University, London1995

- Laurent Cugny "Analyser le Jazz", Editions Outre-Mesure, Paris, 2009

- Lewis Porter (traduction Vincent Cotro) "John Coltrane : sa vie, son oeuvre", Editions Outre-Mesure, Paris, 2007

Références musicales :

 

- Sélection 1 : Ray Charles "One Mint Julep" - IMPULSE (AS-2) - 1961

- Sélection 2 : Oliver Nelson Septet "Stolen Moments" - IMPULSE (A5) - 1961

- Sélection 3 : John Coltrane "Soul Eyes" - IMPULSE (AS-A21) - 1962

- Sélection 4 : Chico Hamilton "For Mods Only" - IMPULSE (258) - 1965



28/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres