Le Cercle Modernist

Le Cercle Modernist

Préface West Indies Insula

   

carte-ancienne-19.jpg

   - Carte de l'île de Jamaïque fin XIXe siècle (Source : P.U.F) -

 

 

Comme le rappelle la carte ci-dessus, tout comme son titre, cette rubrique du"Cercle Modernist" ne laisse aucun doute sur le thème abordé !..

Nous sommes bien dans cette belle île des Caraïbes appelée Jamaïque.

Une île appelée ainsi depuis sa découverte en 1494 par Christophe Colomb, juste avant sa rapide colonisation par l'Espagne. Une île traversée par les remous de l'histoire, malgré un positionnement géographique relativement isolé.  


 Incontestablement, la musique de cette île des Caraïbes a toujours attiré et fasciné les Mods.

En effet, dès la première génération, les Modernist écoutent et dansent sur le Ska et le Rock Steady lors de leurs soirées. C'est un fait avéré, et cela bien avant la période post 1968 qui voit l'explosion du phénomène Suedehead et Skinhead ; un phénomène issu directement de notre culture.

damier_noiretblanc1_120809.gif

L'origine du mot Reaggae est sujet à polémique pour les spécialistes. Nous nous contenterons donc de faire une approche volontairement succincte. Mais, malgré cette volonté de "faire court", les origines du terme sont multiples et les racines sont multiples.

Celle, tout d'abord, d'une tribu Bantou du lac de Tanganyka dans la région des Grands Lacs en Afrique ; ou, plus antérieurement en Inde, avec le mot Râga qui désigne le cadre mélodique de la musique classique indienne (appelée musique védique).

Plus proche de nous, les racines espagnoles du mot Reaggae ("Reine des Musiques" cf "Musica del Rey" en langue espagnole) sont elles évoquées par Bob Marley. Le quartier de Spanish Town à Kingston à d'ailleurs donné plusieurs musiciens de renom à cette musique.

  

 

Coat_of_arms_of_Jamaica.svg.png

 -  Armoiries Jamaïque (Source :N.G) -

 

Ce sont clairement les racines Jamaïcaines du terme qui sont les plus plausibles et identifiables.

En conséquence ce sont des racines Anglaises, étant donné la colonisation de l'île dès sa découverte. Le magnifique historique quartier de Spanish Town (encore lui !) près de Kingston, est emblématique de cette période fondatrice pour l'île.  

 •

Là encore pourtant, les hypothèse sont nombreuses. Le terme est une  contraction de "regular guy" ("homme de la rue"), ou une altération du terme Anglais "Ragamuffin" ("Va-nu-pieds"), ou encore de "regerege" ("querelle") ?.. Les réponses sont multiples...

Dans cette optique Anglo-Jamaïcaine, l'hypothèse la plus courante est celle du mot "streggae" qui désigne une personne trop peu habillée, ou carrément une prostituée et femme de mauvaise vie !..

damier_noiretblanc1_120809.gif

De toute manière, le terme apparaît bien en Jamaïque dès 1968.

Ce n'est que quelques années plus tard, dans les années 1970, que le terme devient totalement usuel. C'est la presse internationale qui rend le terme usuel, avec l'explosion du phénomène Bob Marley. Cette expression englobe en fait énormément de signification.

C'est peut être justement la force principale de cette musique des Caraïbes. Une musique qui réussit le tour de force de réunir un public pourtant très disparate : il suffit d'aller dans un concert pour se rendre compte de cette réalité criante.

 

Une grande variété de sons, et de styles, que nous allons essayer de vous faire découvrir, ou plus simplement redécouvrir avec cette rubrique West Indies Insula.

Cette rubrique, va être inaugurée par la mise en ligne très prochainement, d'un premier article consacré à une figure légendaire et incontournable de la musique en Jamaïque : "Sir Coxsone Narratio".

D'autres articles suivront très prochainement ; comme un tout nouveau panorama autour des plus beaux trésors des West Indies...

 

Alexandre Saillide-Ulysse.

 

75 M.N.S

 

  

1970kv2.jpg

- (Source : "Skinheads" O.P ) -

 



20/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres