Le Cercle Modernist

Le Cercle Modernist

Spécial Swamp'Blues 45's Libellus VI

 FB_IMG_1526385630800 (1).jpg

- Moses "Whispering" Smith (1932-1984circa 1960 (Source : BUL) -

 

 

Une fois n'est pas coutume, cette session BlasTin'Blues 45's Libellus VI est exclusivement dédiée à un style spécifique de Blues.

Un style de Blues Afro-Américain particulièrement apprécié par les différentes génération Modernist : le Swamp Blues.

Depuis la fin des années 1980, le 75 M.N.S ® est spécialement attaché à cet héritage musical qu'il a justement mis en exergue (Modzines, K7 Audio et Dj'ing !).

De nos jours, les sets des meilleurs Disc'jOckeys Modernist enflamment de nouveau les pistes de danses avec ce fantastique Swamp'Blues

 •

Indéniablement, ce Blues de Louisiane est ancré dans notre Adn Modernist, tout comme d'ailleurs le Blues de Chicago ou celui du Delta.

 •

Malheureusement, cet extraordinaire héritage est souvent oublié ou laissé de côté par ignorance, ou simple fainéantise : une situation inconcevable ! 

 

w1280.jpg

 

Il est vrai que "l'appropriation" de la musique, et de "l'image", du Swamp Blues par la culture Rockabilly rebute, ou déroute certains.

 •

Pourtant, et comme nous allons le voir ou le redécouvrir, le Swamp Blues est clairement une racine incontournable pour nous.

Le Swamp Blues va littéralement transcender les genres musicaux, en s'imposant comme une musique de tout premier ordre.

Effectivement, la puissance et la profondeur de ce Blues va inspirer des générations successives de talentueux musiciens.

Comme à l'accoutumé, cette approche est suivie par une sélection de singles, et de la chronique "Plus en Détail".

"Modernists  are absolutely Blues Enthusiasts ... Nothing Else, Than Pure & Original Afro-American Blues !"

 

 

- Référence musicale 1 (en bas d'article) -

 

CLIFFTON.jpg

 - Concert de Clifton Chenier en Louisiane (Source : BM) -

 

 

 

 Swamp'Blues 45's Sélection du Cercle Modernist

 

 

* Cliston Chanier (Clifton Chenier) "Louisiana Stomp" - Imperial Records (5352) - 1955

 

* Lonesone Sundown "Gonna Stick To You Baby" - Excello Records (2163) - 1959

 

* Boozoo Chavis "Boozoo Stomp" - Folk Star Records (1197) - 1954

 

* Tabby Thomas "Hoodo Party" - Excello Records (2212) - 1962

 

*Boogie Jake "Early Morning Blues" - Minit Records (602) - 1959 

 

* Charles Sheffield "The Kangaroo" - Excello Records (2205) -1962

 

* Big Walter Price "Oh Ramona" - Goldbang Records (1098) - 1960

 

* Silas Hogan "I'm Gonna Quit You Pretty Baby" - Excello Records (2231) - 1963

 

* Wild Jimmy Spruill "Cut And Dried" - Enjoy Records (2006) - 1964

 

* Slim Harpo "Tip On In"- Excello Records (2285) - 1967

 

 

NoteBien entendu, cette sélection n'est pas exhaustive au regard du grand nombre des Bluesmen de la scène Swamp. Notez que l'importante présence des productions du label Excello s'explique par le rôle primordial de ce label dans la genèse et la diffusion du Swamp'BluesDe ce fait, Excello Records va faire l'objet d'un article spécifique, qui sera mis en ligne très prochainement (au sein de cette même rubrique Race Music/Blues du Cercle Modernist). 

 

 

 - Référence musicale 2 (en bas d'article) -

 

wall Slim Harpo.jpg

 - Affiche de concert en 1961,(Source : SB) -

 

 

"Plus en Détail... Swamp Blues "

 

 

Le Swamp Blues est une musique totalement ancrée dans la terre de Louisiane, état du sud-est des Etats-Unis.

Une terre de Louisiane forgée par des cultures disparates, tout comme justement le Swamp Blues.

L'été de la Louisiane est constitué d'un mélange de cultures hétérogènes et d'origines biens différentes :

Américaines (Indiens ou Canadiens), Africaines, et Européennes (Français et Anglais au départ).

shapeimage_2.png

Le nom même de la Louisiane est un don de la France d'Ancien Régime à cette nouvelle terre d'Amérique.

Cette toute nouvelle terre découverte en 1682 par l'explorateur Français René-Robert Cavelier de La Salle.

L'explorateur Français va nommer cette nouvelle possession en l'honneur, et au nom, du tout puissant Roy Louis XIV.

Tout comme la Nouvelle Orléans, la Louisiane fait donc partie des colonies Françaises d'Amérique dès les XVIIe et XVIIe siècles,

 

w1280.jpg

 

même si il ne faut pas oublier que l'histoire coloniale va pousser quelques temps ces terres d'Amérique dans les bras de l'Espagne .

En fait, la nouvelle terre de Louisiane deviendra un état membre à part entière des jeunes Etats-Unis d'Amérique, en 1803.

C'est Napoléon Bonaparte, alors Premier Consul de la République Française, qui décide de la vendre pour quelques millions de dollars.

Notons que dès ses premières heures, la Louisiane est un état majoritairement peuplé par des habitants non pas anglophones, mais le plus souvent francophones,

SEPARATEUR.png

La population est effectivement constitué par une grand nombre d'Acadiens, de Créoles, ou de francophones, mais les Afro-Américains sont encore rares.

La Louisiane va vite devenir un des principaux états esclavagistes, elle fera d'ailleurs sécession contre les états Confédérés du Nord.

Comme dans le reste des Etats-Unis, c'est avec la propagation de l'esclavage que les populations Afro-Américaines vont devenir majoritaires dans cet état.

Le Blues va justement naître de cet environnement particulièrement pénible, sans espérance d'amélioration de vie, pour les populations Afro-Américaines.

 

 - Référence musicale 3 (en bas d'article) -

 

louisiannecarte.JPG

- Carte de la Louisiane Française (1682-1803) sous l'Ancien Régime (Source : BN) -

 

 

Cette histoire de la population en Louisiane est importante pour mieux saisir les fondements du Swamp Blues.

Le style dit Swamp Blues est issu de musiques locales, justement spécifiques à l'état de la Louisiane.

Cette mixité musicale et culturelle est une particularité que l'on retrouve aussi lors de la création des premiers Blues,

comme avec les esclaves Afro-Américains à la fin du XVIIIe siècle dans les plantations de coton du Deep South.

SEPARATEUR.png

Le processus est certes différent, mais il illustre parfaitement cette situation ou les esclaves Noirs vont "emprunter" à leurs maîtres,

esclavagistes et tortionnaires, des partitions de musique classique en provenance d'Europe pour les intégrer dans leurs chants. 

Avec ces poignants et magnifiques textes chantés dans les immenses champs de coton, puis avec les chansons des Ministrels,

les esclaves Noirs venant d'Afrique vont poser les toutes premières pierres de l'immense édifice de la musique Afro-Américaine.

 

w1280.jpg

 

Certes, cette approche concerne exclusivement le Swamp Blues Afro-Américian original de la Louisiane.

Cependant, il ne faut pas omettre de parler du style dit Swamp Pop, ou Blues Swamp, qui est toujours en vogue.

C'est une musique "cousine" du Swamp Blues original, même si son style musical est vraiment éloigné et différent.

De plus, comme je l'ai déjà signalé, son assimilation à la mouvance Rockabilly/Biker marque sa grande différence. 

SEPARATEUR.png

C'est un Blues de Louisiane très spécifique, à la guitare omniprésente, et le plus souvent joué par des Bluesmen blancs.

De nos jours, c'est ce style qui représente le plus le Louisiana Blues aux yeux du grand public... les temps ont bien changé !...

 •

Ce Blues de Louisiane va donner naissance à d'autres familles et styles musicaux, dont le Swamp Blues est une de ses formes les plus notoires.

Mais, comme souvent, ce sont de vulgaires reprises (comme celle du légendaire et vénéré Slim Harpo "I'm King Bee") qui vont d'abord le faire connaître. 

 

 - Référence musicale 4 (en bas d'article) -

 

ZYDECO 2.jpg

 - Musiciens de Cajun Blues autour de 1949 en Louisiane (Source : BNE) -

 

 

Musicalement, le Swamp de Louisiane est un style de Blues plus lent que ses "cousins" de Chicago, ou de la Nouvelle Orléans.

Le jeu de l'harmonica est, par exemple, beaucoup moins complexe que dans le Chicago Blues, particulièrement connu pour ses harmonicistes.

Effectivement, même si Slim Harpo et Little Walter sont incontestablement d'immenses harmonicistes avec un son très spécifique à leur lieux d'origine ;

il est évident que le représentant du Blues urbain de Chicago, en l'occurrence Little Walter, développe une technique de jeu plus complexe et plus aboutie.

SEPARATEUR.png

Le Swamp Blues est un style typique de Louisiane, lui-même marqué par des rythmes lourds produisant une musique sombre et intense.

Lors des enregistrements, l'utilisation des percussions et de multiples échos est une autre particularité sonore propre au Louisiana Blues.

Une pratique sonore que l'on retrouve justement très souvent dans les enregistrements de Swamp Blues, tout comme le jeu d'harmonica en phase courte.

Il est d'ailleurs indéniable que certains enregistrements de Swamp Blues sont très proches et similaires des meilleurs standards du Louisiana Blues.   

 

 w1280.jpg

 

 Une autre technique musicale, vraiment spécifique au Blues de Louisiane, se retrouve dans le Swamp Blues avec la technique de jeu appelée laidback.

Au départ, le laidback (littéralement "jouer derrière le temps") est une technique de jeu des batteurs de Blues et de Jazz caractéristique à la Louisiane.

Une technique notamment utilisée par les batteurs à la Nouvelle Orléans, technique que va les rendre célèbres.

Ces batteurs de la Nouvelle Orléans cherchaient à jouer les notes de musique une fraction de seconde après les autres,

SEPARATEUR.png

en donnant ainsi l'impression d'une certaine nonchalance aux morceaux... un Groove bien caractéristique !  

Certains musiciens, comme le très grand Bluesmen d'origine Afro-Américaine et Indienne, Iverson Minter,

plus connu sous le nom de Louisiana Red représente parfaitement ce Blues de Louisiane particulièrement Roots.

Par exemple, les différentes techniques de jeux utilisées par Louisiana Red illustrent bien la variété du Blues de Louisiane.

  

 - Référence musicale 5 (en bas d'article) -

 

BluesHwyMap.jpg

 - Carte de la l'U.S Highway 61 aux Etats-Unis (Source : NGM) -

 

 

Tout comme l'immense Slim Harpo (1924-1970), qui a déjà fait l'objet d'un article dans Le Cercle Modernist,

le Bluesmen Silas Hogan (1911-1994) peut-être considéré comme un des plus importants représentants du Swamp Blues original.

A partir du début des années 1960, Silas Hogan va devenir une des vedettes du label Excello grâce à son propriétaire J.D Jay Miller.

Comme je l'ai déjà précisé auparavant, nous aurons l'occasion de revenir plus précisément et largement sur le rôle d'Excello Records,

SEPARATEUR.png

dans un article exclusivement consacré à cette compagnie de disques vraiment essentielle pour la genèse du Swamp Blues.

Silas Hogan va d'abord faire son apprentissage auprès du grand Jimmy Reed, avant de rejoindre Lazzy Lester et Slim Harpo à Bâton Rouge.

Silas Hogan joue avec une guitare Fender électrique, accompagné par Isaiha Chapman (guitare), Jimmy Dotson (batterie),

et Sylvester Buckley à l'harmonica, au sein de sa formation des Rythm Gamblers qui va rencontrer un joli succès. 

 

w1280.jpg
 

Les sessions d'enregistrements de Silas Hogan, pour les studios Excello de J.D Jay Miller, vont devenir des modèles du genre Swamp.

Silas Hogan va enregistrer 9 singles en tout pour Excello Records, exactement entre septembre 1962 et 1965.

En 1962, son premier single avec les morceaux "You're Too Late Baby"/"Trouble At Home Blues" (Excello 2221).

 •

Puis, en 1965 donc, avec "If I Never Needed  You Baby"/"Early In The Morning" (Excello 2271).

SEPARATEUR.png

Même s'il enregistre son dernier single en 1965 pour Excello Records, Silas Hogan sort sa dernière production pour le label de Nashville en 1972.

Cette dernière production pour Excello Records est donc son album "Trouble" (Excello LPS - 8019) qui sort en 1972.

Un Lp Excello qui va d'ailleurs grandement participer à la notoriété de Silas Hogan, Bluesmen de grande exception.

A son décès en 1994, à 82 ans, Silas Hogan et son Pure Swamp Blues seront honorés par le Louisiana Blues Hall Of Fame

 

 Swamp-Blues-Lightnin-Slim-photo-ChrisLitherland-LakeMartin-300x190.jpg
- Paysage typique du Bayou en Louisiane, Etats-Unis (Source : NGM) -

 

 

Le son du Swamp Blues rappelle la moiteur et la tiédeur de l'environnement des Bayou Cajun de la Louisiane profonde.

Les morceaux de Silas Hogan nous plongent totalement dans cette atmosphère de Blues original venant du Deep South.

Le jeu d'harmonica de ce type de Blues est lui aussi simplifié et brut, comme le shuffle de la guitare Swamp.

Contrairement aux morceaux du Blues urbain de Chicago, les phases d'harmonica sont en effet moins longues et moins perfectionnées,

SEPARATEUR.png

mais l'intensité et la puissance de l'instrument produit une atmosphère particulièrement obscure et entêtante.

L'environnement très simple, et rural du Swamp Blues explique aussi la puissance et la profondeur de son message.

Les morceaux de Lightnin'Slim, de Lonesone Sundown, ou de Boogie Jake portent tous cette touche bien précise et inimitable.

L'effet de ces morceaux est d'ailleurs toujours percutant sur les pistes de danses : le Swamp Blues invite irrésistiblement à la danse et la fête !

 

 - Référence musicale 6 (en bas d'article) -

 

various-artists-authentic-rb-ab-s.jpg
- Lp de Slim Harpo sur Stateside Records (10068) en 1964 (Source : 75 M.N.S ®) -

 

 

Comme nous le rappelle Silas Hogan, ce sont les maîtres Jimmy Reed et Muddy Waters qui vont aussi grandement influencer les musiciens de Swamp.

Il est indéniable que le style et la technique de jeu de guitare de Jimmy Reed vont fortement inspirer ces Bluesmen de Louisiane,

on retrouve justement cette touche dans la puissance des riffs de guitare, et dans la profondeur obsédante de la basse.

Comme je l'ai déjà souligné, ce style va lui-même fortement influencer une autre génération de jeunes musiciens en Europe.

SEPARATEUR.png

C'est d'ailleurs par ce biais, que le Swamp Blues va enfin connaître une véritable reconnaissance mondiale.

En effet, les musiciens Européens de musique Beat, et de Pop Music, vont littéralement s'emparer de ce style de Blues.

L'exemple le plus connu est bien entendu celui des Rolling Stones, même si celui des Yardbirds semble bien plus qualitatif...

  •

Au final, et comme très souvent, c'est encore la communauté Afro-Américaine qui est spoliée d'une partie de sa culture.  

 

 w1280.jpg

 

N'oublions pas que la culture musicale du Blues est présente à Bâton Rouge en Louisiane depuis l'après Seconde Guerre Mondiale.

Dès cette période des lieux importants comme le Carousel Club, et plus tard le Tabby's Blues Box existent à Bâton Rouge.

En fait, c'est toute une génération de talentueux Bluesmen, comme Buddy Guy ou Little Walter, qui vont faire leur apprentissage à Bâton Rouge.

De plus, il ne faut surtout pas oublier qu'il n'existait pas réellement de séparation entre les musiciens de différents styles (Jazz, Blues, Zydeco, Cajun etc ..).

SEPARATEUR.png

Beaucoup de musiciens cherchaient tout simplement à survivre en trouvant des cachets, ce qui a également permis un mélange des styles.

Le fameux jeu de batterie propre au Swamp Blues est sûrement issu de certaines formes de Jazz pratiquées à la Nouvelle Orléans.

Le Swamp Blues, tout comme la Louisiane, est finalement indissociable de ses différences et mixités culturelles et musicales.

Le schéma musical de la Louisiane est en fait identique à celui du Deep South, même si les origines sont autres.

 

- Référence musicale 7 (en bas d'article) -

 

hogan21.jpg

 - Silas Hogan (1911-1994) photo publicité Excello Records autour de 1963 (Source : BUL) -

 

 

Clifton Chenier (1925-1987) est un Bluesmen qui illustre aussi parfaitement cette grande mixité du Swamp Blues propre à la Louisiane.

Ce génial musicien issu de la tradition du Blues de style Acadien des Bayous, va mélanger le Rhythm 'n' Blues avec les styles Acadien et le Zydeco.

Clifton Chenier va même intégrer des saxophones, une batterie dans son groupe, tout en commençant à jouer lui-même du piano accordéon.

C'est Clifton Chenier qui va populariser ce style de Blues très spécifique, facilement reconnaissable par ses phases d'accordéon.

SEPARATEUR.png

Au passage, vous aurez sûrement noté que le morceau ("Louisiana Stomp") de Clifton Chenier, proposé dans la sélection du Cercle Modernist,

est en fait enregistré sous le pseudonyme de Cliston Chanier pour la compagnie de disques Imperial Records (3552) en 1955.

En fait, le jeune artiste ne voulait pas dévoiler totalement son nom lors de son premier enregistrement (usage fréquent durant cette période).

Clifton Chenier chantait en Français Cajun et en Anglais, il reflétait avec brio et génie la nature bilingue et multiculturelle de la Louisiane.

 

w1280.jpg

 

Au final, il semble bien que les origines hétérogènes du Swamp Blues expliquent, en partie, son succès auprès d'un public lui-même très hétéroclite.

J'en profite pour saluer au passage nos amis CoOl Cats qui savent eux aussi apprécier, à sa juste valeur, cette musique d'exception.

• 

Au sein de notre culture, et de la scène Modernist, le style Swamp Blues symbolise indéniablement l'excellence du Real'Deal original.

Un style de Blues toujours joué dans les véritables Mod'Club, a contrario des lieux de modes passagères aux tendances éphémères.

La pureté, la profondeur, et la puissance du Swamp Blues original Afro-Américain représente bien une oeuvre à part entière,

un authentique chef-d'oeuvre musical qui restera ancré au plus profond de nos tripes et de notre âme ... Ad Aeternam

 

 

Alexandre Saillide-Ulysse

 

75 M.N.S ®


 

 

Sources :

 

- Pierre Mélandri "Histoire des Etats-Unis contemporains", Edition André Vesaille, Paris, 2008

- Nicole Bacharan "Histoire des Noirs Américains", Edition Complexe, Paris, 1994

- National Geographic Magazine, "Sur les chemins de la Louisiane" (numéro 51) en 2003

- John Broven "South To Louisiana : The Music Of The Cajun Bayous", Editions Le Pelican, 1983

- "Soul Bag" & "Blues Unlimited" Magazines (Divers numéros années 1983 à 2007).

  

Références musicales :

 

- Sélection 1 : Cliston Chenier "Louisiana Stomp" - Imperial Records (5352) - 1955

- Sélection 2 : Slim Harpo "I'm Your Bread Maker Baby" - Excello Records (2282) - 1966

- Sélection 3 : Boozoo Chavis "Boozoo Stomp" - Folk Star Records (1197) - 1954

- Sélection 4 : Wild Jimmy Spruill "Cut and Dries" - Enjoy Records (2006) - 1964

- Sélection 5 : Boogie Jake "Early Morning Blues" - Minit Records (602) - 1959

- Sélection 6 ; Lightnin' Slim "It's Mighty Crazy" - Excello Records (2131) - 1958

- Sélection 7 : Silas Hogan "I'm Gonna Quit You Pretty Baby"- Excello Records (2231) - 1963



02/06/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres