Le Cercle Modernist

Le Cercle Modernist

Blues 45's Libellus VII "Chicago Side"

723a0e01765c33f7c8d8241cbdaf8815--delta-blues-blues-music.jpg

- Checkerboard Lounge 43rd Street à Chicago circa 1957  (Source : FPAC) -

 

 

La dernière édition de cette rubrique Blues 45's Libellus était consacrée aux Bluesmen originaires du Delta de Louisiane aux Etats-Unis.

Cette fois, le Cercle Modernist vous propose une nouvelle plongée au coeur de la culture Blues Afro-Américaine avec l'Electric Blues de la Windy City.

Un choix qui s'impose pour un type de musique Blues Afro-Américain, tout particulièrement apprécié et révéré depuis ses origines par les Modernist.

 •

Comme toujours, nous débutons cette rubrique avec une sélection de vinyles (toujours en format 45Tours) exclusivement dédiée au Chicago Blues.

 ♠

Notez que l'exhaustivité est bien entendu impossible pour couvrir l'ensemble de ce style, de ce fait un choix certain est fait dans notre sélection.


Par la suite, "Plus en Détail ..." se penche sur les prolifiques et mythiques enregistrements de la compagnie de disques Chief Records.

Une grande compagnie de disques particulièrement représentative de ce Blues électrique joué et produit dans la ville de Chicago.

Une véritable plongée musicale dans les entrailles de ce Blues électrique intemporel qui va littéralement bouleverser l'ensemble de la musique.

 

- Référence musicale 1 (en bas d'article) -

 

 Front_Cover_Picturamic_Chicago_Folder_1956.png

 - Carte postale Chicago en 1956 (Source : CPM) -

 

 

La sélection du Cercle Modernist

 

  Big Tiny Kennedy & Orchestra "Country Boy" - Groove Records (4G-106) - 1955

Junior Wells "Two Headed Woman" - Chief Records (7005) - 1957

 Otis Rush & Willie Dixon " Three Time A Fool" - Cobra Records (5023) - 1958

JB Lenoir "Magic Boogie " - Blue Horizon (1004) - 1966

Sunnyland Slim "Shake It" - Prestige Bluesville Records (816) - 1962

Sonny Boy Williamson " Boppin' With Sonny" - Ace Records (511) - 1955 

Little Walter " Off The Wall" - Checker Records (770) - 1953

Muddy Waters "Turn The Lamp Down Low" Chess Records (1542) - 1953

Earl Hooker "Rockin'Wild" - Chief Records (7031) - 1961

Howlin' Wolf "I Ain't Superstitious" - Chess Records (1823) - 1962

 

- Référence musicale 2 (en bas d'article) -

 

Muddy-Waters_chicago-W_large.jpg

 - Affiche de Muddy Waters en concert 1973 (Source : BU) -

 

 

" Plus en Détail ..."

 

L-726201-1489500675-1296.png.jpg

 

 Chief Records Historia 

 

 

 Ce petit label indépendant originaire de la ville de Chicago, dans l'état de l'Illinois, est créé par monsieur Mel London en 1957.

De son vrai nom Melvin R. London, Mel London est né au coeur du Deep South dans l'état du Mississippi en 1932.

• 

Producteur, et propriétaire de cette nouvelle compagnie de disques, Mel London n'est pas un nouveau venu dans le monde de la musique.

 Mel London s'est déjà fait connaître à Chicago comme auteur compositeur à succès pour des artistes de Blues de premier plan.

En effet, il compose en 1954 le morceau "Poison Ivy" pour le chanteur et pianiste Willie Mabon sur Chess Records (1580).

SEPARATEUR.png

Ce morceau "Poisin Ivy" devient vite un véritable succès commercial et se place aux toutes premières loges du R&B BillBoard en 1954.

C'est également Mel London qui composera le superbe et emblématique morceau "Manish Boy"(Chess 1602) joué par Muddy Waters en 1955.

 •

De même, Mel London composera le morceau "Who Will Be Next" pour Howlin'Wolf, déjà une vedette durant cette même année 1955.

Mel ne va pas se limiter à son propre succès, il veut produire lui-même des artistes et son carnet d'adresse de Chicago est déjà fin prêt !...

 

images (13).jpg

 

Chicago est au milieu des années 1950 une véritable fourmilière de petites compagnies de disques prospérant sur le riche marché musical de la ville.

Comme nous l'avions évoqué dans cette même rubrique "Race Music" du Cercle Modernist, la scène musicale de la Windy City est d'une immense richesse.

Mel London sait ne pas se lancer dans une aventure à l'aveuglette, ses contacts son déjà pris lorsqu'il crée sa propre entreprise Melva Music.

Dès 1957,  Mel London lance son tout nouveau label Chief Records et installe les bureaux de sa compagnie au 1510W 13th Street à Chicago.

En homme d'affaires avisé, parallèlement, Mel London met sur pieds deux autres labels avec les compagnies Profile (axée sur la Pop) et Age Records.

SEPARATEUR.png

Mel London ne se contente pas d'être le propriétaire du label : il fait aussi office de producteur, distributeur, et responsable de la promotion !

Mais l'implication de Mel London ne s'arrête pas là,  il va lui-même enregistrer le tout premier single de son label Chief Records.

Mel London enregistre et sort donc en 1957 en solo le morceau "Man From The Island" ( avec"Doggin Me Around "en face B / Chief Records 7000).

Le morceau "Man From The Island" (un Calypso avec un certain succès) donne de la légitimité et de la lisibilité a ce nouveau label.

 

- Référence musicale 3 (en bas d'article) -

 

mellondon.jpg

 - Mel London (à gauche) et Ricky Allen circa 1958 (Source : BRB) -

 

 Dès ses premières réalisations, le label de Mel London bénéficie d'une écurie d'artistes de Blues impressionnante.

C'est d'ailleurs l'immense Bluesmen Elmore James qui effectue le second enregistrement (toujours en 1957) du label Chief.

Elmore James est déjà connu, il a enregistré pour différents labels avant d'arriver auprès de Mel London .

Le maître Elmore débute sa carrière chez Meteor Records à Memphis ; puis, après un court passage chez le frère Chess pour Checker Records,

SEPARATEUR.png

il rejoint Flair Records en 1955 (tout en passant par Ace Records pour y enregistrer un single !) ... Un bourreau de travail !...

Junior Wells, Magic Sam, Lillian Offitt, A.C Reed, Ricky Allen, Reggie "Guitare" Boyd, Big Moose, Jackie Brenston ...

La liste des talentueux Bluesmen qui vont collaborer avec Mel London est tout simplement incroyable :

c'est en effet une grande partie du gotha musical de la ville de Chicago qui est présente dans le catalogue du label. 

 

images (13).jpg

 

Durant cette période fondatrice pour le label, il ne faut pas oublier le rôle central du grand guitariste Earl Hooker.

C'est en effet ce dernier qui va assister et participer à de nombreuses séances d'enregistrement du label Chief.

Les séances d'Earl Hooker vont même parfois être attribuées à d'autres artistes, de nombreuses histoires existent à ce propos.

Earl Hooker va insuffler un son Blues particulièrement authentique et puissant lors des nombreuses séances d'enregistrement.

SEPARATEUR.png

Le rythme et le shuffle qu'il impose dans ses enregistrements auprès de Ricky Allen illustrent parfaitement cette ambiance particulière.

Indéniablement, le son si spécifique des enregistrements de la compagnie Chief Records doit tout autant au travail acharné

de son propriétaire/producteur Mel London qu'au talent et à l'assiduité du grand guitariste Earl Hooker !

L'autre grand partenaire de Mel London est justement Junior Wells, qui est sûrement son musicien préféré.

 

- Référence musicale(en bas d'article) -

 

 messing-kid-ad.jpg

 - Encart publicitaire 1960 (Source : BM) -

 

Mel London va d'ailleurs écrire, en 1960, le morceau "Little By Little" pour Junior Wells : un morceau qui va atteindre le Top 20 du R&B BillBoard.

Il est intéressant de noter au passage que durant ces années 1950, Junior Wells est un des artistes préférés de la communauté Afro-Américaine de Chicago.

Surtout, en rencontrant le guitariste Earl Hooker, Junior Wells va trouver le parfait partenaire pour mettre en avant son style inimitable.

Pour la petite histoire, Junior Wells venait de se séparer du guitariste et chanteur Syl Johnson (qui continuera sa carrière en solo !).

SEPARATEUR.png

Notons, tout de même, que si certains enregistrements du label Chief ne concernent pas la musique Blues Afro-Américaine,

quelques artistes de style Rockabilly, ou même de Pop Music vont effectivement enregistrer pour Chief Records.

Néanmoins, sur plus de quarante singles, la plus grande partie est tout de même consacrée au Blues électrique de Chicago.

Ce label tient d'ailleurs une place toute particulière, et chéri, dans toutes les collections de disques des passionnés de Blues Afro-Américain. 

 

images (13).jpg

 

L'incontestable qualité des enregistrements du label tient aussi à la grande performance technologique des studios choisi par Mel London.

En faisant le choix des Universal Recording Studios à Chicago, Mel London avait trouvé les meilleurs studios d'enregistrement du pays.

Les infrastructures et la qualité de ces studios permettaient aux musiciens et techniciens du label de faire de longs et prolifiques enregistrements.

Ricky Allen va lui aussi devenir un des rouages importants du label, il avait déjà quelques Hits à son actif pour Bright Star et 4Brothers Records.

SEPARATEUR.png

Ricky Allen va apporter son savoir faire musical en collaborant avec Earl Hooker et Mel London auprès du label Chief .

Pourtant, c'est sur Age Records (l'autre compagnie de Mel London) que Ricky Allen va sortir  "You Better Sure", "Ouch Ouch",

et surtout le morceau "Cut You a Loose" qui atteindra les premières places dans de nombreux Charts R&B.

Les petites sont vraiment nombreuses dans le catalogue de ce label, les face B recèlent souvent des trésors restés étrangement inconnus.

 

- Référence musicale 5 (en bas d'article) - 

 

 Earl-Hooker-3.jpg

 - Earl Hooker (1929-1970) -(Source : BM/AF) -

 

 

Impossible de ne pas parler également de la place du fantastique guitariste Magic Sam dans l'histoire du label.

Magic Sam va effectivemnet enregistrer des chefs d'oeuvres pour Chief Records, ses morceaux vont d'ailleurs devenir des standards incontournables.

 

Je me répète encore, mais la qualité de la liste des musiciens proposé par le catalogue de Mel London reste encore inégalée à ce jour...

• 

Malheureusement, et comme souvent dans ses aventures commerciales musicales, après une période de succès commerciaux et financiers,

SEPARATEUR.png

le label rencontre de sérieux problèmes commerciaux et financiers qui remettent en cause son existence même au début des années 1960.

Comme tous les labels spécialisés en musique Blues, les ventes sont en chute libre face à la nouvelle vague du Rhythm'n'Blues.

La compagnie Chief Records (puis Profile Records juste après) est acculée économiquement par ces incessantes baisses de ventes.

Mel London est donc obligé de fermer Chief Records en 1961, son dernier label Age Records résistera plus longtemps et fermera en 1964.

 

chief.jpg

 

 Mel London ne va pas pour autant laisser tomber le business de la musique, il continue avec persévérance son activité jusqu'à sa disparition en 1975,

Plus exactement, Mel London va continuer son travail de producteur pour différents labels, comme Bright Star ou Starville Records.

Malheureusement Mel ne retrouvera pas le succès de ces années Chief Records qui ont assurément marqué le Blues contemporain.

 •

Au final l'aventure de ce label Chief illustre parfaitement la saga des nombreuses compagnies de disques lors de l'âge d'or de l'industrie du disque.

 ♠

Tout comme la sélection de singles, les productions du label Chief sont vraiment caractéristiques du Blues urbain joué dans la ville de Chicago.

Un Chicago Blues qui est incontestablement un des styles de musique Afro-Américaine de prédilection pour de nombreux Modernist.

Une préférence qui trouve ses racines dans l'incroyable force et profondeur de cette musique, issue des racines de la culture Afro-Américaine.

Un style musical spécifique et une culture Afro-Américaine que Le Cercle Modernist est particulièrement fier de préserver et diffuser avec force ! 

 

 

Alexandre Saillide-Ulysse 

75 M.N.S ®


  

Sources :

 

- Gérard Herzhaft "La Grande Encyclopédie du Blues", éditions Fayard, Paris, 1997-2008

- Jacques Demètre et Marcel Chauvard "Voyage au Pays du Blues", éditions CLRAB Levallois, 1995

- Philippe Bas-Raberin "Le Blues Moderne, 1945-1979", éditions Albin Michel, Paris, 1979-86

- Mike Rowe "Chicago Blues, la ville et la musique", éditions Da Capo Press, Londres, 1973

- Charles Keil "Urban Blues", éditions Chicago Press University, 1991 

- Divers numéros des magazines spécialisés "Soul Bag" et "Blues Unlimited".

 

Références Musicales :

 

- Sélection 1 : Otis Rush & Willie Dixon " Three Times  Fool" - Cobra Records (5023) - 1958

- Sélection 2 : Cyril Davies & His Rhythm'n'Blues All Stars "Country Line Special" - Pye International Records (7N25194) - 1963

- Sélection 3 : Mel London "Doggin' Me Around" - Chief Records (7000) - 1957 

- Sélection 4 : Junior Wells "Two Headed Woman" - Chief Records (7005) - 1957

- Sélection 5 : Earl Hooker "Rockin Wild" - Chief Records (7031) - 1961

- Sélection 6 : Big Tiny Kennedy & His Orchestra "Country Boy" - Groove Records (4G106) - 1955



19/04/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 129 autres membres