Le Cercle Modernist

Le Cercle Modernist

Zydeco Blues : Le Blues Français de Louisiane

R6e2c85df061db81c391d2d2071cbfce9.jpg

- Carte des racines musicales en Louisiane, Etats-Unis (SourceGene Tomko "Louisiana Musicians") -

 

Cet article, de votre désormais habituelle rubrique "Race Music / Blues" du "Cercle Modernist", aborde l'ancestral et fameux Zydeco Blues ; un style musical Blues purement authentique, que nous affectionnons tout particulièrement.

Le Zydeco Blues est un style de musique qui est le fruit de la rencontre unique entre le Blues Afro-Américain et les différentes musiques Créoles, ainsi que Cajuns. Des sonorités en grande partie issues des populations noires francophones, vivant originellement dans le grand état du sud-est des Etats-Unis appelé la Louisiane.

 

SEPZYDECO.jpg

 

Le Zydeco Blues  est un style très apprécié par les Mods dès leur première éclosion à la fin des années 1950. Le rythme inimitable, l'irrésistible et endiablé shuffle du Zydeco Blues enflamme d'ailleurs toujours les Dance'Floor des meilleurs Clubs Modernists aux quatre coins du globe.

Cette approche autour du Zydeco Blues, ou Zarico Blues, va plus particulièrement s'intéresser a ses historiques et profondes caractéristiques musicales, tout en s'attardant sur des figures notoires de ce style de Blues authentique et unique, originaire de l'immense Pelican State.



- Référence musicale 1 (en bas d'article) -

7add2c71a756a0fe4d96474e998f8a02.jpg

 - Nouvelle Orléans en Louisiane célébration du Mardi Gras (Source : NTT) -

 

Zydeco Blues

"Le Blues Français de Louisiane"

 

Né dans les Bayous du territoire Cajun du sud de l'état de Louisiane aux Etats-Unis, dans des zones naturellement recluses et inhospitalières. le Zydeco éclot aux lendemains de la Guerre de Sécession (1861 à 1865) et l'abolition de l'esclavage par le président Abraham Lincoln en 1863. Le Zydeco représente une formidable culture minoritaire originaire des États-Unis d'Amérique longtemps menacée d’extinction.

Indubitablement, la culture Zydeco est réellement irrésistible, très dansante, dynamique, chaleureuse et épicée cette musique métisse mérite désormais sa place dans le panthéon des grandes traditions musicales populaires Afro-Américaines.

 Appelé originellement le Zarico, le Zydeco se forge dès son origine par les différentes immigrations durant trois siècles d’histoire sur le continent Américain.

Les Acadiens francophones chassés en 1764 du Canada par les Anglais, sont des anciens esclaves Noirs, anciens planteurs Créoles des îles à sucre des Antilles, souvent ruinés. Les origines étymologiques du terme Zarico viendraient, selon les historiens et musicologues les plus renommés, de l'interprétation du morceau "Les Haricots ne sont pas salés" devenu par la suite Zarico en Acadiens, puis finalement Zydeco dans la langue de Shakespeare.

SEPZYDECO.jpg

Rappelons qu'il ne faut pas confondre la musique Cajun et la musique Zydeco, même si les liens historiques et les similitudes musicales sont vraiment importants entre ces deux cultures. La musique Cadienne (ou Cajun) tout comme le Zarico (ou Zydeco) sont deux styles musicaux qui partagent quelques points communs. Surtout, ces deux cultures puisent effectivement leurs origines dans cette même partie du monde au plus profond du Deep South

 •

Même si les populations de culture française en Louisiane sont bien les populations ennes et les Créoles, l’appropriation de ce bout d’Amérique par le Royaume de France est bien plus ancienne. En fait, sans les premiers immigrés, véritables pionniers et aventuriers, qui se risquèrent sur ces terres alors qu’elles n’étaient pas encore géographiquement repérées, il n’y aurait tout simplement pas de musique Zydeco aujourd’hui.

La présence de la France est effectivement plus ancienne, c’est plus précisément en 1682 que, pour la première fois, l’explorateur René-Robert Cavalier De La Salle (1643-1687) née à Rouen en Normandie reconnait la Louisiane comme possession française. Mais les premières implantations de populations européennes ne furent réalisées qu’en 1699. Mais, surtout, la Louisiane du XVIIe siècle ne peut pas être géographiquement comparée à la Louisiane actuelle.



- Référence musicale (en bas d'article) -

 

1200px-Flag_of_Acadiana.svg.png

- Drapeau de l'Acadie , la "Nouvelle France" (Source : BNF) -

 

Les frontières de la Louisiane étaient donc tout autres. L’espace concerné, en effet, était gigantesque : des Grands Lacs au golfe du Mexique, des Appalaches aux Montagnes Rocheuses, il couvrait plus d’une vingtaine des 50 Etats américains actuels (dont celui de la Louisiane) ! En 1714 la signature du Traité d’Utrecht entraine la redistribution des titres de propriétés sur les territoires d’Amérique.

C’est ainsi qu’une grande partie de l’Acadie passa sous domination de l'Angleterre. Et pendant une quarantaine d’années, ses habitants, d’origine française, cohabitèrent avec les Anglais, nouveaux propriétaires de ces terres. Ce sont les premiers pas pour la mixité entre ces populations d'origines très disparates. Mais, cette cohabitation va malheureusement très rapidement devenir toxique entre les différentes parties.  

En 1755, les anglais déportèrent les Acadiens, francophones et catholiques par bateau. Ce tragique événement est connu sous le nom de "grand dérangement"; plus de la moitié sont morts pendant le voyage. Les survivants ont alors élu domicile dans les marécages de Louisiane (les "Swamps", les "Bayous"), l'unique lieu (totalement inhospitalier et insalubre) où on les laissa s'installer. C'est grâce aux ancêtres de ces populations que la langue Française reste encore un peu parlée dans l'état de Louisiane aux Etats-Unis d'Amérique.

SEPZYDECO.jpg

Il s'agit d'une langue Française particulière appelée le "Cajun" difficilement compréhensible pour un français à cause des nombreuses expressions locales et d'un accent très prononcé. Le président des Etats-Unis F.D. Roosevelt, en fonction longuement de 1933 à 1945 a fait le maximum pour que la langue française (plus précisément la langue Cajun) disparaisse (une loi obligeait les Cajuns à parler en langue  Anglaise), aujourd'hui la tendance s'est inversé et le Cajun doit réapparaître dans les écoles. Il semble même que maintenant, il ne manque que l'engagement plus massif des jeunes Cajuns pour devenir professeurs et enseigner ainsi leur langue ancestrale.

Le Cajun, la musique Cadienne, dont les paroles sont presque toujours en français, est née durant cette époque des premiers colons d’Acadie qui ont peuplé le sud-ouest de la Louisiane à la fin du XVIIIe siècle. Pour sa part, le Zarico a été inventé par les métayers, les esclaves et les fermiers afro-américains qui habitaient dans la région au milieu du XIXe siècleCes deux styles musicaux se sont considérablement influencés l’un l’autre, à tel point que certains instruments sont d’ailleurs utilisés dans les deux cultures.

Ils partagent en particulier le même instrument de prédilection, cet à dire l’accordéon. Un instrument que la musique Zydeco va amener jusqu'au firmament de l'excellence de la musique Blues. Mais la musique Cadienne se rapproche davantage de la musique traditionnelle française, et des autres musiques populaires venant d'Europe. A la différence de la musique dite Zarico qui est incontestablement plus proche du Blues Afro-Américain et de la musique afro-caribéenne, tout comme du R&B.



- Référence musicale 3 (en bas d'article) -

 

Slims-Y-Ki-Ki-enseigne.jpg

 -  Le Slim's Y Kiki zydeco dance club est l'un des plus fameux clubs de Zydeco en Louisiane (Source : BF/MB) -

 

D’un point de vue musical, la musique Zydeco est profondément marquée par ces racines dans ses formes (goût pour les contredanses, les valses et autres "one/two-steps"), et ses instruments (l’accordéon diatonique et le violon étant les plus emblématiques). Et surtout la langue, qui fait la part belle au Français si particulier de ces communautés de Louisiane ; ainsi qu’à une langue Créole agrémentée d’anglais qui fait partie du charme exotique de ces compositions musicales.

La musique Zydeco débute avec l'invention phonogramme ; notamment à travers les titres de l’accordéoniste Amédée Ardoin et du violoniste Douglas Bellard, presque exhumé par monsieur Jean Buzelin des limbes où il aurait pu être définitivement perdu. Amédée Ardoin est l'authentique pionnier du Zydzco dont une nouvelle photo vient d'être découverte (voir ci-dessus)/ Il n'en existait qu'une seule photo connue jusqu'à maintenant. Cette nouvelle photo vient à peine d'être découverte grâce à la généreuse donation faite par madame Marie Broussard. Cette première période phonographique, au début des années 1930, produit un Zydeco chimiquement pur.

SEPZYDECO.jpg

Cette histoire est comme souvent aux Etats-Unis celle de la rencontre d’une culture musicale avec des traditions Afro-Américaines plus larges, notamment le Blues et le Rhythm 'n' Blues. Cette évolution est retracée par l’impact de musiciens majeurs, dont Clifton Chenier, seul Bluesman de renom chantant en français, il fut le grand artisan de l’insertion du Zydeco dans la Great Black Music grâce a ses tournées dans tous les Etats-Unis aux côtés des grands noms de la musique Afro-Américaine.

La musique Zydeco illustre donc parfaitement cette histoire si particulière de l’intégration d’une musique aussi spécifique et méconnue dans l’évolution plus large de la musique Afro-Américaine. Néanmoins, il ne faut pas oublier l'impact de la culture Francophone et Créole sur des musiques qu’on schématise trop souvent dans leurs racines esclavagistes et Noires en faisant fi de leur complexité et de leur richesse.

 

- Référence musicale 4 (en bas d'article) -

 

b9390a17b039a3b425e9c28cf4cf7cdf.png
- Statue de Amédée "Boissec" Ardoin érigée en 2018, paroisse de St Landry Parish en Louisiane (Source : BM) -

 

Des instruments bien particuliers, comme l'accordéon et le frottoir, donnent au Zydeco une saveur et couleur musicale inimitable. Son ancrage profond dans la culture des différentes communautés de Louisiane et du Texas symbolisent toute l’originalité du Zydeco Blues. Mais paradoxalement, si elle continue de puiser dans la profonde tradition locale, cette musique n’a jamais cessé d’évoluer et de transmettre une joie de vivre et de jouer unique.

Le nombre ses artistes musiciens Bluesmen jouant du Zydeco Blues est réellement considérable, d'autant plus que c'est un style de Blues dont la scène est encore très active aux Etats-Unis durant ce XXIème siècle. Tout comme la musique Blues dans son ensemble, le Zydeco Blues a la spécificité de posséder des origines rurales et urbaines. De ce fait, j'ai donc effectué un choix parmi les grands noms de cette fantastique musique. Pour débuter, Amédée Ardouin (1915 -1907) peut être considéré, par la façon dont il a introduit le Blues, comme un véritable précurseur et fondateur pour l'ensemble de la musique Zydeco.

SEPZYDECO.jpg

Né en 1914, ou une année plus tard suivant les sources, Alphonse Ardoin dit "Boissec" voit le jour dans la localité de la Paroisse Evangélique située dans l'état de Louisiane, une petite communauté religieuse. Issu d'une famille pauvre d'origine Afro-Américaine, son père Gustave Ardoin meurt d'une pneumonie lorsqu'il a tout juste 4 ans. De ce fait, sa mère, Mary Louise Cesar Ardoin va devoir travailler dur et trimer pour élever correctement Alphonse. Son grand frère va lui s'engager dans l'U.S Army pour se lancer dans la vie et surtout aider financièrement sa famille.

Le jeune Alphonse Ardoin, apprend très vite, dès l’âge de douze ans, à jouer de l’accordéon. Il suit et observe son illustre cousin musicien Amede Ardoin dans les "Bals de Maison" (équivalent des Juke House) et le grand violoniste de Zydeco Dennis McGee. C'est durant cette époque qu'il apprend a jouer de l'accordéon dans le plus pur style Zydeco. Le jeune homme devient très rapidement un musicien virtuose reconnu par ses pairs. Alphonse Ardoin acquiert le surnom de "Boissec" de par sa grande agilité à courir sous la pluie et la tempête, c'est un jeune homme fougueux.



- Références musicales (en bas d'article) -

 

Amede-Ardoin-2-copie.jpg

 Amédée Ardoin circa 1920 (Source : BF/MB) -

 

Alphonse "Boissec" Ardoin se marie très tôt : il épouse la jeune Marcelline avec qui il va avoir 14 enfants et former un couple leader au sein de sa communauté. En 1948 il s’associe avec le grand violoniste Canray Fontenot dans la formation des Duralde Ramblers, une collaboration fructueuse qui durera plus de cinquante ans jusqu’à la mort de Canray en 1995. Ensemble ils se produisent au Festival Folk de Newport en 1966 et enregistrent la même année leur premier disque pour la compagnie de disques Biograph/Melodeon Records, "Les Blues Du Bayou".

Parallèlement à son activité musicale qui ne lui permet pas de gagner assez d'argent, Alphonse "Boissec" Ardoin est obligé de continuer son travail agricole à la ferme pour assurer la subsistance de sa femme et de ses quatorze enfants. Mais Alphonse continue de jouer, au début des années 1990 il forme avec certains de ses fils un orchestre familial sous le nom Ardoin Brothers Band. Pour la petite histoire, très proche de son importante famille, c’est accompagné de ses fils et petits fils que Alphonse "Boissec" Ardoin se produit sur la prestigieuse scène du Carnegie Hall à New York en 1990.

SEPZYDECO.jpg

C'est durant les années 1970 que Alphonse "Bois Sec" Ardoin s’était lié d’amitié avec le violoniste Cajun Dewey Balfa. Après la mort d' Alphonse, cette amitié va être transmise à sa grande fille Christine. Plus d'une décennie plus tard. Il enregistre un nouveau disque "Allons Danser" et joue également lors du célébrissime Jazz Festival de la Nouvelle Orléans l’année suivante. Un festival de Jazz de la New Orleans qui voit justement de plus en plus de musiciens de Zydeco Blues effectuer de remarquables prestations.

Alphonse "Boissec" Ardoin disparaît le 16 mai 2017 a 91 ans. C'est une véritable légende qui s'éteint et un des derniers représentant de la musique Zydeco. Son influence sur les autres musiciens créoles est évidente (John Delafose, Preston Frank, Leo Thomas, Jeffrey Broussard de Zydeco Force… ). Sa nombreuse famille, ses enfants et petits enfants perpétuent avec fierté et assiduité la tradition musicale familiale. Citons Lawrence, Morris, Marie Jane Broussard, Chris, Sean, Marcus, Dexter, T Broussard… L'influence de Alphonse "Boissec" Ardoin sur la musique Zydeco va être fondamentale, un de ses plus grands successeur est sans aucun doute le grand Clifton Chenier.

 

- Références musicales 6 (en bas d'article) -

 

 blues-posters.jpg

- Affiche concert circa 1970 (Source : BLM) -

 

L'autre très grande personnalité incontournable permettant de saisir la complexité et la force du Zydeco Blues est celle du grand accordéoniste Clifton Chenier. Effectivement, Cliffton Chenier est le tout premier musicien Zydeco à obtenir un Grammy Awards aux Etats-Unis, et ainsi populariser auprès d’un large public cette incroyable musique. Une musique provenant de ces populations Afro-Américaines à la vie dure et laborieuse de l'état de Louisiane durant les années 1920.

Les parents de Cliffton Chenier, Joseph et Olivia Chenier sont métayers à Opelousas dans la paroisse de Saint Landry dans laquelle ils vivent de peu. C’est un tout petit coin d’Amérique où les gens parlent une autre langue que l'Anglais et écoutent une drôle de musique. Le 16 mai 1921 Olivia  Chenier donne le jour à son premier fils à l’hôpital Notre Dame de Lourdes de Lafayette. Quelques années passent, le petit garçon vient tout juste de fêter ses quatre ans quand son petit frère vient au monde le 25 juin 1925, ses parents décident de l'appeler Clifton.

La prime jeunesse de Clifton Chenier est bercée par la musique Cajun, mais il écoute également des enregistrements de Blues du Texas (état tout proche et du Mississippi) qui vont influencer sa carrière par la suite. A ce propos, n'hésitez pas à vous reporter vers l'article de cette même rubrique "Race Music / Blues" du "Cercle Modernist" justement exclusivement consacré au Texas Blues. Cliffton Chenier reconnaît aussi avoir été marqué par les musiciens louisianais tels Izeb Laza, Jesse et Zozo Reynolds ou encore Sidney Babineau qui ont joué très tôt le Blues à l’accordéon.

Malheureusement pour nous ces grands musiciens n’ont en fait jamais enregistré de disques vinyles, seuls de rares témoignages de proches subsistent encore sur ces pionniers du Zydeco Blues. Mais surtout, lors de cette toute première période (au début, dans les années 1930) cette fusion de la musique Cajun et du Blues ne s’appelle pas encore Zydeco mais  "French Lala".  Plus précisément, le terme "French Lala", vient directement de l'expression "Aller au Lala" qui signifie alors "Aller Danser" ... toute une poésie musicale !

SEPZYDECO.jpg

En 1939, à l'âge de 14 ans, Clifton Chenier apprend à jouer de l’accordéon avec son père. Son intérêt pour la musique grandit et s’affirme à mesure qu’il pratique et perfectionne son jeu sur de vieux airs français du siècle passé. Pendant quelques temps il aide ses parents à la ferme, il travaille comme ouvrier agricole encore dans les champs, mais en 1942, il part à Lake Charles, ville industrielle florissante qui connaît un boum économique grâce à ses installations portuaires et ses plateformes pétrolières.

Durant la seconde partie des années 1940, l’industrie réclame des bras pour soutenir l’effort de guerre demandé à la nation. La grande cité est un centre régional important pour le R&B. La musique est partout, à la radio, dans les juke-boxes des cafés ou sur la scène des clubs avec les orchestres locaux. Ouvrier le jour, accordéoniste le soir et le week-end, Clifton se mesure aux musiciens du cru et rôde son talent naissant. Il essaye de jouer des morceaux plus modernes, et le premier qu’il apprend par ses propres moyens, est un morceau de Rhythm’n’Blues de Joe Liggins "The Honeydripper".

Les établissements où se produisent les musiciens, sont avant tout des lieux où l’on vient faire la fête et se restaurer. Les gens aiment manger et boire de la bière dans une ambiance musicale survoltée avant de se lancer sur le parquet de danse. En 1945, Clifton Chenier trouve un emploi de coupeur de canne à sucre à New Iberia la ville berceau du célèbre Tabasco, il y reste durant 2 années. En 1947, Cliffton a 22 ans, il s'installe à Port Arthur au Texas, juste de l’autre côté de la frontière, où il est embauché comme chauffeur de camion dans les raffineries de pétrole jusqu’en 1954.

 

- Références musicales 7 (en bas d'article) -

 

clifton-chenier-1966-lafayette-louisiana-zydeco_1_d613266659d76ad0034c56a289e56d1a.jpg

- Poster concert 1966 (Source : WP) -

 

Producteur discographique et découvreur de talent (il va découvrir entre autres Percy Mayfield) monsieur J.R Fullbright prête une oreille attentive lorsque Clarence "Bon Ton" Garlow, musicien et propriétaire du Club "Bon Ton Drive In", lui parle très positivement de Cliffton Chenier. Pour la petite histoire, le "Bon Ton Drive In" est devenu mythique pour la musique Zydeco, Cliffton Chenier va d'ailleurs s'y produire de nombreuses fois.

Monsieur J.R Fullbright se déplace alors jusqu'en Louisiane et écoute Chenier. Très vite Fullbright est séduit par Cliffton Chenier, et lui dit : "Tu joues trop bien de l’accordéon pour continuer à couper de la canne à sucre.". Très vite Fullbright le fait entrer en studio à Lake Charles pour graver ses premiers morceaux.  J.R. Fulbright, fondateur et propriétaire du label Elko Records, qui signe Cliffton Chenier en 1954. Un premier enregistrement est réalisé à Los Angeles, King Of The South, paru sous le patronyme de Cliffton Chanier.

SEPZYDECO.jpg

Ce premier enregistrement va être effectué avec son oncle Big Chenier excellent guitariste. Si le morceau "Clinton's Blues" est le premier Blues à l'accordéon, "Louisiana Stomp" date également de cette période, c'est toutefois "Ay Tete Fille"(reprise du Professor Longhair), sorti en mai 1955, qui retient l'attention. Et ainsi, dès ses tout premiers enregistrements Cliffton Chenier est remarqué par le public, et surtout les critiques, qui voient clairement en lui une future grande vedette du Zydeco Blues.

En 1956, Clifton va donc franchir le pas, il laisse définitivement derrière lui les champs de canne à sucre, abandonne les compagnies pétrolières et décide de devenir musicien professionnel. Il part en Californie où il se produit dans les clubs et il enregistre deux sessions pour le label Chess Records, la première en octobre 1956 à Los Angeles et la seconde un an plus tard à ChicagoDe retour dans le sud, il sillonne pendant près de deux ans le Texas et la Louisiane à la tête de son orchestre partageant l’affiche avec des artistes locaux tel Lloyd Price. Durant ces deux années il croise la route d’artistes comme Etta James, Roscoe Gordon ou le grand Jimmy Reed.

 

- Références musicales 8 (en bas d'article) -

chenier-clifton-3.jpg

- Cliffton Chenier  (à l'accordéon) circa 1958 (Source : RMS) -

 

King Of Zydeco

 

C’est dans les années 1960 que l’orchestre de Cliffton Chenier prend le nom qu’il gardera dorénavant définitivement The Red Hot Louisiana BandContinuant ses tournées au Texas et en Louisiane, Clifton Chenier se rend en Californie en 1966 où il participe au Festival de Berkeley en y faisant un véritable triomphe. En 1969, il joue au Festival de Blues de Ann Arbor dans le Michigan, ainsi qu’au fameux Newport Blues Festival dans l’état de Rhode Island. Désormais, la vague du Blues Zydeco enflamme littéralement le public, cette musique se hisse aux meilleures places des Charts musicaux aux Etats-Unis d'Amérique.

Quand Cliffton Chenier arrive en Europe pour la tournée de l’American Folk Blues Festival la contagion de la "fièvre" du Zydeco Blues gagne le vieux continent. La musique, le charisme et le fait que Cliffton s’exprime en français emporte l’adhésion. De nombreux adeptes s’enthousiasment pour cette musique et hormis la France, le Zydeco trouve surtout un écho favorable en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et bien entendu en Grande Bretagne, où de nombreux musiciens se convertissent à cette musique venue des Bayous. L’engouement du public est d'ailleurs tout aussi vif quand Clifton Chenier se produit en Asie, au Japon, pays de férus et spécialistes de musique Afro-Américaine.

SEPZYDECO.jpg

Plus tars, durant les années 1970, Clifton Chenier fait une tournée de concerts au Canada. Il retourne aux USA, pour se produire au prestigieux Carnegie Hall de la ville de New-York. Cliffton Chenier est le premier musicien à faire résonner cette salle mythique au son du Zydeco. Il ouvre son concert dans la Big Apple sur les accords du morecaux "Jolie Blonde"Il participe plusieurs années de suite à la tête de son Red Hot Louisiana Band au New Orleans Jazz and Heritage Festival. En dehors des clubs et des festivals, il continue d’animer d’innombrables bals (héritiers des "Balle de Maison") en Louisiane dans la région de Lafayette.

En 1984, Cliffton Chenier se rend dans la capitale des Etats-Unis, à Washington, il est reçu officiellement à la Maison Blanche et joue avec sa formation devant le président des USA Ronald Reagan. Pour Cliffton Chenier, enfant de métayers qui est toujours resté fidèle à ses racines originales, c’est enfin une véritable consécration pour le grand Bluesmen de Louisiane. Finalement, c'est enfin et aussi la reconnaissance de la spécificité de l'art du Blues Zydeco ; et l'incroyable et inimitable talent d'artiste de Cliffton Chenier.

 

Références musicales 9 (en bas d'article) -

 

télécharger (3).jpg

 - Affiche concert à l'University Of California en 1967 (Source : BM) -

 

Depuis quelques années déjà, la santé de Clifton Chenier se détériorait, mais porté semble-t-il par sa passion pour la musique il ne se ménageait pas en ne ralentissant pas ses activités musicales. A 60 ans, affaibli par la maladie, Cliffon joue encore, mais son diabète et sa déficience rénale lui font stipuler dans ses contrats qu’il doit pouvoir avoir accès, dans les villes où il se produit, à un traitement par dialyse une fois tous les trois jours. Malgré un pied en partie amputé et son régime, Cliffton Chenier va assumer ses concerts avec assiduité.


 Une semaine avant de disparaître, le "Black Cajun Frenchman" était toujours sur scène, sourire béat aux lèvres, vêtu de son inséparable cape et chaussé de sa légendaire couronne. Le Roi du Zydeco, c'était lui et personne d'autres. Finalement, le 12 décembre 1987, ses reins lâchent et malheureusement il décède au Lafayette General Hospital.

Cliffton Chenier va être enterré au cimetière de Loureauville en Louisiane lors d'une émouvante cérémonie qui réunit une très importante assemblée composée de personnalités et de simples anonymes. Son frère Cleveland qui a joué à ses côtés toute sa vie lui a survécu quelques années et s’est éteint le 7 mai 1991 à l’hôpital Notre Dame de Lourdes à Lafayette. Cliffton  Chenier est enterré au cimetière Saint Martin de Porres à Scott en Louisiane.

Amédée "Boissec" Ardoin et Cliffton Chenier sont deux artistes majeurs dont les oeuvres illustrent parfaitement la richesse et la profondeur de la culture musicale du Zydeco Blues. Bien entendu, comme je l'ai souligné auparavant, de nombreux autres artistes musiciens vont marquer le Zydeco Blues depuis ses origines. Même si, il est impossible d'être exhaustif sur l'ensemble des artistes Zydeco (un index dans ce sens reste d'ailleurs à faire !..), les références musicales de cet article permettent néanmoins d'avoir une vue générale sur l'ensemble des styles inhérents au Zydeco Blues.

 

 

- Référence musicale 10 (en bas d'article) -

 

armoiries_ACADIE.gif

- Armoirie de l'Acadie (Source : SVO) -

 

 

La musique Zarico, le Zydeco, est désormais inscrite dans le Pantheon du Patrimoine Musical de l'ensemble de l'Humanité. L'apport de cette musique Zydeco est immense pour la genèse des nouveaux rythmes Afro-Américains qui vont révolutionner la musique de notre époque contemporaine.

Etonnement, son incommensurable apport musical reste encore peu connu, malgré la grande popularité du terme Zydeco. Bien heureusement, de nos jours, quand le Zydeco Blues retentit dans les Clubs en faisant chavirer les danseurs sur le Dance Floor, c'est une part de l'ancien héritage musical légué par la Nouvelle France qui reprend vie.

Un legs dont les Mods Français sont tout particulièrement fiers, et qui compose une part bien spécifique de notre culture musicale Modernist que nous mettrons justement en exergue lors de la "Renaissance" de nos activités, comme lors du prochain ** " 75 M.N.SⓇ Paris International 2022 Mod Weekend ".

 

Alexandre Saillide-Ulysse

75 M.N.S ®

 

Sources :



Robert Palmer, traduction Olivier Borre et Darrio Rudy , "Deep Blues", éditions Allia, Paris, 1982

Robert Sacré "Musiques Cajun, Créole et Zydeco", éditions PUFF "Que Sais-Je" (3010), Paris, 1995

- Gérard Herzhaft "La Grande Encyclopédie du Blues", éditions Fayard, Paris, 1997-2008

 - Gene Tomko "Encyclopedia Of Louisianna Musicians : Jazz, Blues, Creole, Zydeco, Swamp Pop", éditions Allia, Paris, 2020

- Alain Lomaxtraduction Etienne Lesourd, "Blues In The Mississippi Night", éditions Du Bout De La Ville , Paris, 2021

- Divers numéros des Magazines spécialisés "Soul, Bag", "Blues Magazine", "Blues Unlimited".

 

Nota :

 

Les 10 morceaux proposés dans les références musicales de cet article ont pour objectif de donner une vue d'ensemble de la musique Zydeco par le biais de ses plus illustres représentant à travers le temps. Malheureusement, la plupart des morceaux de "Pre War Zydeco Blues" ne sont pas disponibles en disques vinyles, mais en CD ; ce qui explique leur présence au sein de cette sélection du "Cercle Modernist" normalement exclusivement consacrée aux disques vinyles.

 

 

** Les informations inhérentes au 75 M.N.S® Paris International 2022 Mod Weekend seront très prochainement disponibles.

  

 

Références Musicales :

 

- Sélection 1Amédée Ardoin & Dennis Mcgee "Two step de prairie" 1929, CD "Zydeco Black Créole, French Music & Blues 1929 - 1972", éditions Frémeau & Associés, 1995

- Sélection 2 : Douglas Bellard & Kirby Riley "Valse De La Prison" 1929CD "Zydeco Black Créole, French Music & Blues 1929-1972", éditions Frémeau & Associés, 1995

- Sélection 3 : Jimmy Peters "J'ai fait le Tour du Pays" 1934, CD "Zydeco Black Créole, French Music & Blues 1929-1972", éditions Frémeau & Associés, 1995

- Sélection 4 : Oakdale Carrière "Catin Prie Donc Pour Ton Nègre" 1934, CD "Zydeco Black Créole, French Music & Blues 1929-1972", éditions Frémeau & Associés, 1995

- Sélection 5 : Amédée Ardoin & Dennis Mcgee "Le Blues de la Prison" 1934, CD "Zydeco Black Créole, French Music & Blues 1929-1972", éditions Frémeau & Associés, 1995

- Sélection 6 : Cliston Chanier (King Of The South) "Louisiana Stomp", Imperial Records (X5352), 1955

- Sélection 7 : Cliffton Chenier "Bajou Drive", Checker Records (939), 1959

- Sélection 8 : Cliffton Chenier "Baby Please Don't Go", Bayou Records (45-705), 1967

- Sélection 9 : Lightnin' Hopkins "Zydedco (Zolo Go)" , Arhoolie Records (1009), 1967 

- Sélection 10 : Clarence "Bon Ton" Garlow ans His Band "New Bon Ton Roulay", Aladdin Records (45-3179), 1953



19/02/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 517 autres membres