Le Cercle Modernist

Le Cercle Modernist

Facel Vega : Le Luxe Français

cropped-cropped-Facel-Trademark-Logo_2.jpg

 

 

L'exigence de l'excellence Française

 

 

Vous aurez surement remarqué le souci constant du "Cercle Modernist" de mettre toujours en avant la véritable excellence française.

 

Bien loin d'un sentiment ou d'une volonté nationaliste, cette démarche est motivée par la reconnaissance d'un savoir faire et d'une longue tradition.

 •

Des motivations qui sont aussi, parallèlement, profondément ancrées dans l'Adn de notre culture Modernist.

 SEPARATEUR.png

Tout comme la maison DORMEUIL, ou MONTAGUT, mais dans un tout autre registre,

la marque automobile FACEL VEGA représente bien cette excellence française.

D'ailleurs, l'étoile représentant la marque FACEL VEGA est surement le choix le plus emblématique pour représenter le luxe à la française !

 

 michelin.jpg

 

 En effet, VEGA est le nom de l'étoile la plus brillante de la constellation de la Lyre.

Ce nom de constellation va être naturellement complété par le nom acronyme de la Société des Forges et Ateliers de Construction d'Eure et Loire.

C'est le lieu originel de la marque : un atelier sous-traitant de l'industrie aéronautique, avant de s'intéresser aux voitures, plus tard.

SEPARATEUR.png

Après avoir vu l'étymologie de la marque, nous allons nous intéresser de plus près à l'inventeur et créateur de la marque Jean Daninos.

Car, les automobiles FACEL VEGA sont indissociables de ce génial et prolifique inventeur,

un ingénieur, et un industriel de premier ordre, qui va très tôt se passionner pour la mécanique et les voitures.

 

 

 - Référence musicale 1 (en bas d'article) -

 

 cache_17958905-1_ws1033426882.jpg

 - Monsieur Jean Daninos circa 1960 (Source : A.M) -

 

 

 

Jean Daninos est né le 2 décembre 1906, à Paris.

Jean est le plus grand des deux fils d'une typique famille bourgeoise du début du siècle dernier.

Pour l'anecdote, son jeune frère, Pierre Daninos, va choisir la carrière d'avocat, qu'il va brillamment réussir.

SEPARATEUR.png

Durant sa plus jeune enfance, Jean Daninos aimait dessiner et colorier des voitures sur le cahier d'école de son frère Pierre...

Une scène qui nous rappelle avec amusement, et étrangement, la fameuse publicité de la marque des "arts de la table" Guy Degrenne.

Une publicité télévisuelle représentant le futur patron Guy Degrenne en jeune élève dissipé certes, mais cependant dessinateur extrêmement doué et vif !...

 

michelin.jpg

 

 Après de brillantes études au lycée, Jean Daninos va effectuer son service militaire, comme tout le monde à l'époque...

En 1928, lorsque son service militaire est fini, il intègre l'entreprise CITRÖEN au titre d'élève ingénieur.

C'est monsieur André Citroën lui-même qui sollicite Jean Daninos : il lui confie le projet "Budd".

SEPARATEUR.png

 Projet portant le nom d'un brevet américain décrivant les techniques d'emboutissage et de soudage de l'acier.

C'est grâce a ce procédé que CITROËN développe les "coques en acier" pour les voitures, comme le fameux Roadster C6.

La nouvelle technique est tellement efficace qu'elle ne va pas être retenue : le projet est trop novateur et il faudrait repenser toute la gamme.

 

 

 logofacel-163x240.jpg

 - (Source : F.V) -

 

  

Par la suite, au début des années 1930, Jean Daninos est aussi consulté pour le modèle de Traction, avec des cabriolets et des coupés également à l'étude.

Malgré ses premières réussites, la marque CITROËN dépose son bilan en 1935... mais comme vous le savez l'aventure n'est pas finie...

En fait, en 1936, ce sont les frères Michelin qui reprennent l'affaire : de nouvelles méthodes sont mises en place,

SEPARATEUR.png

les anciens collaborateurs sont écartés, ou décident de partir d'eux mêmes, comme justement Jean Daninos.

Pour sa part Jean Daninos est donc parti : il trouve très vite un nouvel emploi, mais dans une autre branche ...

Il rentre chez Maurane Saulnier le célèbre fabriquant d'avions en 1935.

 

 michelin.jpg

 

 Grâce à cette nouvelle expérience, il va pouvoir se spécialiser à toutes les techniques et les  nouveaux matériaux.

 

Jean Daninos donne rapidement naissance à sa première structure : un atelier de chaudronnerie de pièces pour l'aviation.

 •

Il quitte alors ses fonctions chez Maurane Saulnier pour rejoindre Bronzavia, société spécialisée dans les métaux.

SEPARATEUR.png

La société des Forges et Ateliers de Constructions d'Eure et Loire, ancêtre de FACEL VEGA,

voit donc le jour durant cette période spécifique, le 20 décembre 1939 exactement.

La société s'occupe d'abord des pièces d'aviation, avant de fabriquer des carrosseries pour des voitures, ou des scooters. 

 

Grand_Prix_de_Monaco_1958.jpg
- Affiche publicitaire Facel Vega  Grand Prix de Monaco en 1958 (Source : A.M) -

 

 

 

Durant la période de la Seconde Guerre Mondiale, tout en créant et fabriquant le très ingénieux système de gazogène au bois combustible,

(un système très demandé pour l'automobile, même si encombrant) Jean Daninos met ses talents au service de l'U.S Army.

A la fin de la guerre, il est contacté par la PANHARD pour faire la carrosserie de ses voitures de la marque.

Même si il n'est pas séduit par l'allure de ces voitures, jugées "trop laides",  Jean Daninos collabore à la réalisation du modèle Panhard X84.

SEPARATEUR.png

Cette voiture va être vite surnommée la "Louis XV", en raison de son style rétro marqué même pour l'époque.

Conjointement à cette courte collaboration avec PANHARD, Jean Daninos va également travailler pour la marque SIMCA.

Son travail pour SIMCA, entre 1955 et 1962, va donner de magnifiques voitures aux lignes élégantes, comme la SIMCA 8 Sport.

Ces voiture luxueuses sont une première sur le marché français de l'automobile, de plus elles ont une allure spécifique !

 

michelin.jpg

 

Ces modèles SIMCA ne suivent pas, par exemple, l'omniprésente mode, provenant des Etats-Unis,  imposant des ailerons.

C'est surement à ce moment-là que Jean Daninos décide de se consacrer exclusivement aux modèles de voitures luxueuses.

Sa principale société, la "Facel Métallon", créé un département spécialement dédié aux carrosseries de voitures de luxe.

A partir de ce moment, la société de Jean Doninos va être sollicitée par de très nombreux constructeurs pour réaliser des carrosseries.

SEPARATEUR.png

Facel Métallon va même fournir des éviers en inox, et vendre d'innombrables batteries de cuisine !...

N'oublions pas, que à la fin des années 1950, nous sommes en plein les Trente Glorieuses : l'Europe est en plein boom économique.

Le modèle économique et sociétale des Etats-Unis s'impose partout, aidé par la Guerre Froide et le Plan Marshall.

La voiture, tout comme la télévision ou la machine à laver, est le symbole de cette nouvelle économie de consommation triomphante. 

 

 

 - Référence musicale 2 (en bas d'article) -

 

 aff0334ed6469bf0902e39e86b020884.jpg

 - Encart Publicitaire 1960 (Source : AM) -

 

 

 

Même si Jean Daninos travaille de plus en plus exclusivement pour l'industrie automobile,

 

il n'est pas totalement satisfait de ses améliorations et des modèles de voiture disponibles sur le marché français.

 

C'est en fait pour ses besoins personnels que Jean Daninos décide de créer une voiture française luxueuse.

 •

Monsieur Daninos est exigeant : il veut un voiture sportive, confortable, luxueuse et puissante !

 SEPARATEUR.png

Il estime même que les derniers modèles de Bugatti ou  Talbot, le "must" de cette époque, sont complètement dépassés.

Il se tourne alors vers la marque Rolls-Royce/Bentley, plus précisément pour une Bentley Cresta.

C'est une voiture de sport 4 places, habillées par le talentueux et célèbre designer Pinin Farina ;

produite à seulement 17 exemplaires, elle annonce la ligne de la future Rolls-Royce "Continental Mulliner".

 

michelin.jpg

 

 Malgré l'achat de sa Bentley Cresta, Jean Daninos n'est pas encore complètement satisfait car il n'a pas encore trouvé la voiture "idéale".

Face à ce constat, il décide donc de dessiner lui même son propre modèle de voiture "coupé".

Il va alors tenter de développer différentes collaborations avec, entre autres,  Bugatti, Delage, Talbot, Alfa Roméo...

Mais Jean Daninos n'arrive pas à trouver une motorisation proprement française, il est convaincu d'un fait :

SEPARATEUR.png

il faut impérativement remettre en route une marque de voiture de luxe française pour redorer le blason de l'industrie en France !

En fait, la solution va venir des Etats-Unis car Jean Daninos y avait noué de solides contacts durant son exil pendant le Seconde Guerre Mondiale.

La firme Chrysler, par le biais de son sous-traitant Soto, lui propose le puissant moteur V8 Firedome.

C'est un moteur révolutionnaire qui utilise de nouvelles soupapes, et,surtout des poussoirs hydrauliques.

 

 

 - Référence musicale 3 (en bas d'article) -

 

 facel-VI.jpg

 - (Source : MA) -

 

La Naissance d'une Etoile 

 

 

Ces nouveaux moteurs, fournis par Chrysler, sont donc très puissants,

le premier prototype sort des ateliers de l'usine FACEL METALLON en 1952.

 

Ce prototype va parcourir plus de 130 000 kilomètres, il va permettre à Jean Daninos d'avancer dans son projet.

 •

En même temps, ses affaires prennent une nouvelle tournure et se précisent : la société FACEL METALLON se scinde en deux en 1953.

 SEPARATEUR.png

Désormais, d'un côté, il y à l'entreprise METALLON qui se charge spécifiquement du marché de l'acier,

 •

et de l'autre côté, FACEL qui va se charger uniquement de la production automobile, maintenant imminente

C'est bien avec l'aide de son frère Pierre, devenu un écrivain de renom, que Jean Daninos crée le fameux logo de la marque.

C'est alors que Jean Daninos adopte le nom,"Véga", de l'étoile la plus brillante de la constellation de la Lyre.

 

michelin.jpg

 

C'est là une évidente volonté de la part de Jean Daninos de représenter le luxe automobile à la française.

En 1954 la première voiture fabriquée par FACEL, dénommée VEGA, est marquée d'un grand V sur son logo.

Elle est donc présentée dans l'usine de Colombes et cet imposant "coupé" répond largement aux attentes :

châssis en acier, moteur V8 de 180 chevaux et boite de vitesse à 4 rapports !.. La voiture frôle les 200 km/h !!!....

SEPARATEUR.png

La forme élancée et fluide lui donne un aspect particulier qui lui permet de se démarquer facilement.

Tous les accessoires (enjoliveurs, baquettes...) sont, bien entendu, en acier METALLON inoxydable.

La carrosserie est recouverte de 7 couches de peinture (!!) pour avoir un fini parfait, et pour finaliser le tout,

l'intérieur est recouvert et gainé par un cuir de très haute qualité, tout comme le tableau de bord central !

 

 

 3dc4c691d8c1af3045dbdae1603f625f.jpg

 - Publicité Facel vega II circa 1954 (Source : PITC) -

 

 

 

Bien entendu, le prix est en rapport avec les prestations luxueuses de la voiture sortie par FACEL VEGA.

Le prix de la VEGA FV équivaut quand même à celui de 6 RENAULT 4 CV !

Malgré ce prix extrêmement élevé pour cette fin des années 1950, la VEGA FV provoque un véritable engouement dans le marché français.

Notons que la France est, au départ, le seul pays  distribuant les voitures FACEL VEGA FV.

SEPARATEUR.png

Entre 1955 et 1957, la société FACEL VEGA propose 5 modèles différents de voitures

: la FV4 est par exemple, en 1957, est la première voiture française dépassant les 200 km/h...

Quelque mois auparavant, en octobre 1956, FACEL VEGA sort de ses ateliers le modèle EXCELLENCE.

Son moteur de 360 CV, qui propulse à plus de 230 km/h, est accompagné de freins à disque pour stopper les deux tonnes d'acier de la voiture !

 

 michelin.jpg

 

 Le modèle EXCELLENCE va rencontrer un énorme succès auprès des Stars et des têtes couronnées :

le Shah d'Iran, entre autres, va vite en faire sa voiture préférée...

Le modèle HK 500 sorti par les usines FACEL VEGA, en 1958, va lui aussi rencontrer un énorme succès,

la voiture est considérée "comme le coupé quatre places le plus rapide du monde",

SEPARATEUR.png

l'entreprise FACEL VEGA est désormais bien loin des "petites" carrosseries qu'elle fabriquait au début de son aventure !

Comme lorsque Jean Daninos réussit à emporter le marché permettant d'exploiter la licence de la marque PIAGGIO en 1950 :

il va faire réaliser 220 000 coques pour le scooter VESPA et la finition de la petite voiture VESPA 400.

Désormais, en 1958 Jean Daninos a réussit son incroyable pari de faire renaître une marque d'automobile luxueuse en France.

  

 

 dda37663099ef0691e229585618d404e.jpg

- Encart Publicitaire  Facel Vega HK 500 en 1957 (Source : PITCM) - 

 

 

 Mais, Jean Daninos ne veut pas exclusivement compter sur une clientèle fortunée,

il veut absolument se diversifier en proposant une voiture plus abordable sur le marché en France.

Les modèles luxueux des FACEL VEGA se vendent surtout à l'étranger et ils restent extrêmement difficile à vendre...

La nouvelle "petite" voiture est appelée FACELLIA, c'est tout de même une voiture de sport,

SEPARATEUR.png

pourvue d'un moteur développant 115 CV permettant d'atteindre un bon 180 km/h (!).

Monsieur Daninos a tenu à trouver un moteur français : il sera construit par les ateliers et les ingénieurs de Pont-à-Mousson.

La FACELLIA est vendue dès 1959, en modèle "coupé" ou "cabriolet", elle vaut tout de même le prix de 4 Renault 4 CV.

Dès le départ la voiture se vend très bien, mais malheureusement un problème grave apparaît : les moteurs se cassent tous !

 

michelin.jpg

 

 FACEL VEGA va donc devoir procéder au changement de tous les moteurs grâce à la garantie.

Malgré ces problèmes de motorisation rencontrés au départ lors du lancement de la voiture,

cela n'empêche pas la FACELLIA d'être maniable et puissante : en 1961 elle remporte le Rallye de Monte Carlo dans sa catégorie !

Mais, en fait, la casse des moteurs de la FACELLIA, ainsi que les coûts d'assurance engendrés,

SEPARATEUR.png

vont mettre l'entreprise de Jean Daninos, et lui-même, en très mauvaise posture :

il est bien malheureusement contraint de démissionner de son poste de Président en août 1961.

Les nouveaux actionnaires de l'entreprise installent monsieur André Belin, de l'entreprise Mobil Oil,

comme Président Directeur Général, pour sa part Jean Daninos est nommé vice-président.

 

 

mZsiPkXuf99dqS_LY9gpjsg.jpg
- Publicité FACELLIA F2 1962 (Source : A.M) -

 

 

 Malgré ces nouveaux changements et de nouveaux capitaux, les affaires ne s'améliorent pas beaucoup.

La FACELLIA F2B, sortie en 1963 ne marche pas : les clients ne font plus confiance aux moteurs...

Pour pallier à ce problème, la société choisit un nouveau moteur de la marque VOLVO, le B18 (de 108 CV).

Ce tout nouveau moteur doit symboliser le renouveau et la fin des troubles pour FACEL VEGA:

SEPARATEUR.png

la FACEL 3 sort donc en 1963, avec quelques améliorations sur le tableau de bord et la carrosserie.

La FACEL 3 va rencontrer un fort succès, les excellentes ventes permettent à Jean Daninos d'envisager plus sereinement l'avenir.

En plus de la FACEL 3, Jean Daninos a d'autres grands projets, dont un moteur de plus de 1600 cm3 (!) et la FACEL 6, pourvue de 6 cylindres.

Ce dernier modèle, la FACEL 6 va avoir un lancement très prometteur mais en 1964 l'aventure FACEL VEGA prend brutalement fin !

 

michelin.jpg

 

 C'est le "montage" financier de l'entreprise, remaniée avec l'arrivée de André Belin en 1961, qui est en cause.

Les "vivres" financières sont tout simplement coupées, de ce fait FACEL VEGA se retrouve avec une interdiction de vendre des automobiles,

cela juste avant le Salon de l'Automobile qui doit se dérouler à Paris en octobre 1964.

SEPARATEUR.png

L'usine FACEL VEGA ferme donc ses portes le 31 octobre 1964, alors que l'avenir semblait de nouveau sourire à Jean Daninos.

Une fermeture d'autant plus difficile à comprendre, au regard de l'investissement et de l'énergie déployée,

 •

pour proposer au Salon de l'Auto de 1964 les trois derniers modèles de FACEL VEGA : la FACEL II, III et la FACEL 6 ...

 

 

 - Référence musicale 4 (en bas d'article) -

 

 d86dd5f95166e44d6600fa4a06ef0748.jpg

 - Encart publicitaire FACEL VEGA circa 1956 (Source : ATM) -

 

 

 

L'incroyable épopée des voitures françaises de la marque FACEL VEGA aura donc duré une petite dizaine d'année.

Pourtant, l'oeuvre de Jean Daninos va marquer durablement la grande histoire de l'Automobile en France.

La disparition de FACEL VEGA représente la fin de la dernière prestigieuse marque automobile française de luxe.

Une nouvelle fois, nous soulignons le fait, qu'au même titre que la marque anglaise Jaguar représente fièrement l'excellence automobile britannique,

SEPARATEUR.png

la société FACEL VEGA est, elle aussi, le symbole indéniable du luxe et du savoir faire hexagonal.

Une particularité tout aussi importante, pour "Le Cercle Modernist", que celle soulignée lors de notre article sur la marque MONTAGUT,

ou avec les tissus DORMEUILcette derniers représentant l'excellence de la qualité vestimentaire française.

En effet, il est toujours question de chérir et préserver ses traditions qui font l'excellence et la spécificité de la culture Modernist en France !

 

Alexandre Saillide-Ulysse.

 

 

 75 M.N.S

 

 

 

Sources :

 

- Michel G. Renou "Facel Vega : toute l'histoire" - Editions E/P/A, Paris, 1984

- Serge Bellu "Histoire Mondiale de l'Automobile" - Editions Flammarion, Paris, 1998

- Jean Daninos "Facel Vega" - Editions E/P/A, Paris, 1981.

 

 

Références musicales :

 

- Sélection 1 : Hank Jacobs "So Far Away" - SUE (WI- 313) - 1964

- Sélection 2 : Ben Collier "Walk Proud" - ATLANTIC (45-2763) - 1970

- Sélection 3 : Dave "Baby" Cortez "Organ Shout" - CHESS (1861) - 1963

- Sélection 4 : Rober Parker "Walkin" - RON (331) - 1960

 



23/03/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres