Le Cercle Modernist

Le Cercle Modernist

Jazz 45's Libellus III & "Tap Dance"

 001afficheparisjazzfestival1964.jpg

- Affiche Paris Jazz Festival en 1964 (Source : PR.C) -

 

 

 

Notre rubrique Jazz 45's Libellus est donc arrivée à son troisième Opus.

Une rubrique particulièrement attendue et appréciée, nous vous en remercions car cela confirme bien notre propos de l'Opus I.

En effet, le Jazz est une musique particulièrement appréciée et chérie par notre culture Modernist.

 ♠

Une puissante tradition musicale initiée par nos pères de la première génération Modernist au Royaume-Uni.

 

Notre Tradition Modernist est tout autant passionnée par la musique Jazz que par l'extrême richesse de cette culture Afro-Américaine.

Nous commencerons cet Opus III du Jazz 45's Libellus  avec votre, désormais, habituelle sélection de dix morceaux de Jazz, qualité CordOn Bleu svp !

cocarde france.jpg

Vous remarquerez que notre choix est de nouveau éclectique dans cette sélection purement Jazz, pas de limites "temporelles" pour cette musique ...

Par la suite, la rubrique "Plus en Détails" ne vas pas s'intéresser uniquement, cette fois-ci, à un artiste particulier ou une compagnie de disques.

Cette partie de l'Opus III va, en effet, s'attacher à une de nos plus anciennes, et "remarquée", Tradition Modernist : l'art de la Danse !

En l'occurrence, nous abordons l'art du Tap Dance, un art indissociable du Jazz et issu d'une profonde tradition Afro-Américaine.    

 •

L'affiche ci-dessus, Paris Jazz Festival en 1964, est un petit rappel à propos du Paris Modernist WeeKender , le 21 & 22 octobre 2016

Deux jours de festivités et de célébration de notre culture Modernist largement agrémentés par les meilleures singles de Mod Jazz !

 

 

 

 tumblr_o26bk0naLp1td2a2so1_400.jpg

 - Encart publicitaire presse FLAMINGO Jazz Club à Londres circa 1959 (Source  : JM) -

 

 

 

 

La Sélection Jazz "CordOn Bleu" du Cercle Modernist 

 

 

 

- Jimmy McGriff "A thing to come by" - SOLID STATE Records (2531) - 1969

- Lee Morgan "Terrible T" - VEE JAY Records (360) - 1960

- Marlowe Morris Quintet "Play That Thing" - COLUMBIA Records (42218) - 1961

- Big John Patton "The Silver Meter Part 2" - BLUE NOTE Records (1888) -1963

- Mose Allison "Your Mind is on Vacation" - ATLANTIC Records (5021) - 1962

- The Roy Meriwether Trio "The Seventh Son" - COLUMBIA Records (44211) - 1967

- Miles Davis Quartet "The Leap" - BLUE NOTE Records (1650) - 1957

- Don Wilkerson "Camp Meetin' " - BLUE NOTE Records (1864) - 1962

- Jowey Zawinul "Money in the pocket" - ATLANTIC Records (5060) - 1966

- Eddy Gale "Black Rhythm Happening" - BLUE NOTE Records (1952) - 1969

 

 

 

 

"Plus en Détails ..."

  

billrobinson.jpg

 - Bill Robinson avec des amis circa 1936 (Source : ATD) -

 

 

 

"Tap Dance Time !.."

 

 

 

 Avec le "Tap Dance" ou les "Claquettes", nous ne parlons pas de ces "chaussures ouvertes", portées à l'origine uniquement par les sportifs,

qui, soit dit en passant (!), sont de nos jours des Casual Wear négligés en vogue malheureusement dans toutes les circonstances !..

En abordant le "Tap Dance", cet Art à part entière, nous allons plutôt plonger dans la passionnante histoire de la musique Afro-Américaine.

 SEPARATEUR.png

Mais, l'histoire de cette technique de danse est aussi faite de mélanges de différentes cultures arrivées sur le continent Nord Américain.

Une mixité indissociable de la naissance des Etats-Unis et primordiale pour comprendre la complexité de ce grand "pays continent".

Car, avec l'apport de traditions et de danses amenées par les martyrs esclaves Noirs de la Traite des Esclaves en provenance d'Afrique ;

 chaussures.gif

il faut ne pas oublier l'apport, tout aussi primordial, des techniques de danses provenant d'Angleterre, d'Irlande, d'Ecosse et de notre beau pays de France.

D'ailleurs l'Art proprement dit des claquettes, simplement créer des sons (tap) en dansant, va naître et commencer en Irlande, en ce qui concerne l'Europe.

Dès le départ les claquettes servent de moyen de communication entre les communautés humaines éloignées : en l'occurrence pour l'Irlande,

SEPARATEUR.png

les paysans "parlent" d'une vallée à l'autre grâce au son de leur sabots qu'ils frappent sur des troncs de bois !.. Le téléphone Irlandais ....


N'oublions pas que l'Irlande va subir une terrible famine, "The Great Famine" entre 1845 et 1852, qui va coûter la vie à plus d'un millions d'habitants.

Cette terrible catastrophe va également provoquer un exode massif des Irlandais, principalement vers les Etats-Unis, apportant ainsi leurs coutumes et ... danses.

 

 

 

téléchargement (16).jpg

 - Encart publicitaire circa 1920 (Source : TPA) -

 

 

 

En fait, pour être simple et clair, au départ de l'aventure des claquettes (la période du Bug and Wind pour être précis) c'est bien le Shuffle d'Afrique,

 danse des esclaves Noirs dans les plantations du Sud des Etats-Unis, qui se mélange avec la gigue Irlandaise, dont la particularité d'être une danse très rapide.

L'art des claquettes va débuter avec la période dite des "Minstrels" aux Etats-Unis durant les années 1900, le Tap Dance va accompagner naturellement ses spectacles.

SEPARATEUR.png

Il est naturel pour des danseurs d'accompagner des spectacles de musique, c'est aussi pour cette raison que l'art des claquettes va suivre la naissance du Jazz.

John W.Bubbles est sans aucun doute le tout premier danseur de Tap Dance qui connait le succès grâce aux spectacles populaires en vogue, les Vaudeville.

Premier danseur de claquettes vedette, John W. Bubbles va connaître d'abord le succès avec son duo "Buck and Bubbles" qui va lui permettre de populariser cette danse.

chaussures.gif

John W. Bubbles va avoir la consécration du public avec sa version de "Porgy and Bess" en 1935, sans oublier qu'il donne des cours de danse à Fred Astaire !!

Soulignons que John W. Bubbles ne va disparaître avec la mode des Tap Dancer's, bien au contraire il va connaître une fantastique carrière,

John W. Bubbles se produit encore au New York Jazz Festival en 1979 : une véritable légende de la culture Afro-Américaine à qui nous devons beaucoup ...

SEPARATEUR.png

Cette toute première période durant laquelle l'art des claquettes commence à sortir de l'ombre est aussi marqué par le charismatique Bill Robinson.

Bill Robinson est en effet une autre grande star du Tap Dance, un véritable prodige qui commence à danser dans la rue avant de fêter ses dix ans.

Cette première carrière de danseur de rue, et son caractère jovial, lui valent son surnom de "Bojanbles", surnom signifiant "tintement d'os" (Bones Jangles

 

 

 220px-John_W._Bubbles.jpg

 - John W. Bubbles circa 1937 (Source : CVV) -

 

 

Billy "Bonjanbles" Robinson va, lui aussi, populariser l'art des claquettes avec les spectacles Vaudeville très en vogue.

Billy "Bonjanbles" va même jouer quelques rôles auprès de l'actrice Shirley Temple qui va le prendre "sous ses ailes" lors de ses débuts cinématographiques.

Quelques années plus tard, c'est un duo de danseurs qui va cette fois-ci mettre l'art du Tap Dance au devant de toutes les scènes.

SEPARATEUR.png

Dans les années 1930, un duo de danseurs virevoltants apparaît : The Nicholas Brothers formé par deux frères, Fayard Nicholas et Harol Nicholas.

Issus d'une famille de musiciens, possédant leur propre Club, et baignant littéralement dans l'ambiance et la culture Jazz :

les deux frères Nicholas vont assister, entre autres, à des spectacles de danse de Billy Robinson "Bojanbles" avant d'avoir dix ans.

chaussures.gif

Ce sont des danseurs doués et très précoces : à tout juste 18 ans, pour Fayard, et 11 ans, pour Harold, les Nicholas Brothers sont en haut de l'affiche !

En effet, en 1932, les Nicholas Brothers se produisent en vedette pour le très célèbre Cotton Club (!!) à New York City dans le quartier de Harlem.

A partir de leur première apparition au Cotton Club, le succès auprès du public aux Etats-Unis va perdurer durant plusieurs décennies !

SEPARATEUR.png

C'est au cours de ces années là que va se dérouler un des grands moments de l'histoire de la culture Afro-Américaine :

le Cotton Club organise un concours de Tap Dance, qui va rentrer dans la légende, opposant les Nicholas Brothers aux Berry Brothers, un autre duo en vogue.

Les Nicholas Brothers vont remporter le concours en marquant pour toujours le public avec leurs incroyables acrobaties mélangeant ballet et claquettes.

 

 

 - Sélection musicale 1 (en bas d'article) -

nicholasbrothers572.jpg

 - The Nicholas Brothers fin des années 1930 (Source : J.J.K) -

 

 

 

Après quelques années de spectacles et de succès retentissants à l'Apollo Theatre, les Nicholas Brothers vont s'installer en Californie.

 •

Le groupe va alors jouer dans de nombreux films à Hollywood, tout en effectuant des tournées de concerts sur tous les continents.

 •

 The Nicholas Brothers vont enseigner, entre autres, pour la Master Class de claquettes de l'Harward University : Michael Jackson fût un de leur plus assidu élève !

SEPARATEUR.png

Pour couronner leur fantastique carrière, en 1998, les Nicholas Brothers reçoivent en grande pompe le prix de l'American Dance Festival.

Incontestablement une des plus importantes manifestation de danse moderne et contemporaine aux Etats-Unis et d'envergure mondiale.

L"héritage laissé par les Nicholas Brothers est immense, la scénographie qu'ils vont créer et présenter sur scène annonce les futures "bêtes de scène" Early R&B.

chaussures.gif

Il suffit de revoir les incroyables prestations scéniques des Nicholas Brothers ou de Billy "Bojangles" Robinson pour comprendre l'importance de cet apport.

Notre culture Modernist est justement directement héritière de cette façon si spécifique d'appréhender la danse : avec entrain, rapidité et méthode.

Notre prestigieuse Tradition Modernist, avec sa préparation "obsessive" du Mod club à travers ses vêtements, ses danses et son attitude,

SEPARATEUR.png

se rapproche profondément du style de vie de ses énergiques et talentueux danseurs de claquettes Afro-Américain d'avant la Seconde Guerre Mondiale.

Un souci du détail et de la précision que l'on retrouve dans les plus belles productions des grands studios de cinéma d'Hollywood ;

comme chez tous les danseurs blancs talentueux, comme  Fred Astaire qui va faire toute ses "classes" auprès de la communauté Afro-Américaine.

 

 

 - Sélection musicale 2  (en bas d'article) -

 

fred astaire.gif
  - Fred Astaire circa 1940 (Source : GC) -

 

 

 

C'est d'ailleurs Fred Astaire qui va donner la consécration mondiale à l'art des claquettes grâce à l'incroyable succès de ses films.

Avec son sens du rythme, son perfectionnisme et le charme de son charisme il devient une des plus grandes vedettes d'Hollywood, toutes catégories confondues !

Tout comme avec le Jazz et le Blues, il faut d'abord habituer le public Américain avec des danseurs blancs de claquettes,  donc "convenables" pour le grand public.

SEPARATEUR.png

Encore une fois,  n'oublions pas que le marché du disque et de la musique est régit par la ségrégation durant les années 1920-1940, c'est la période de la Race Music.

A partir des années 1930, le Tap Dance va souvent se mélanger avec le style Lindy Hop, un style de danse de rue créée dans le quartier de Harlem à New York City.

Le Lindy Hop va en fait se développer en même temps que le Swing Jazz durant les années 1920, il se danse en couple ou séparé : ce sont les claquettes de New York City !

chaussures.gif

 Les danseurs de Lindy Hop vont au Savoy Club de Harlem, situé à New York City comme l'Apollo Theatre, mais à la différence de ce dernier il accueillait tous les publics.

 •

Car, il est souvent oublié que le très fameux Apollo Theatre présente certes des artistes Noirs.... mais la clientèle est exclusivement riche et blanche ...

C'est l'époque des nombreux concours de danse dans les Bars et Clubs de la Big Apple, c'est la période d'or de l'improvisation avec un nouveau pas inventé chaque soir ...

SEPARATEUR.png

La culture Lindy Hop est proprement attachée et indissociable de la ville de New York City et la naissance de la culture Hip Hop dans cette ville n'est pas un hasard.


Certaines scènes mémorables du film West Side Story, sorti en 1957 et crée par Leonard Bernstein, présentent justement certaines figures typiques de Lyndy Hop.


C'est durant les années 1950 que la culture de la danse, souvent à travers le Tap Dance ou le Lindy Hop, va profondément influencer la société et le public aux Etats-Unis.

 

 

 - Sélection musicale 3 (en bas d'article) -

 

 lindyhopsteps2.jpg

  - Figures de danse Lindy Hop (Source : LDHS) - 

 

 

En effet, à partir de la fin des années 1940, et surtout durant les années 1960, l'art du Tap Dance n'est plus exposé de la même manière au plus grand nombre.

Le Tap Dance reste un art pratiqué et connu par le grand public, mais la période des spectacles de Vaudeville et le Music-Hall est bel et bien finie.

C'est maintenant toute la société Américaine qui est imprégnée de Swing et d'une folle envie de danser, comme avec la mode du Hula Hoop,

SEPARATEUR.png

ce cerceau en plastique que l'ont fait tourner autour de la taille grâce à un déhanchement rythmé, qui fait fureur durant la fin des années 1950.

Le même phénomène va se produire autour des nombreuses et innombrables nouvelles danses présentées durant toute ces années (Twist, Madison... ).

Notre culture Modernist qui apporte tant d'attention à ses propres danses est donc indéniablement issue et inspirée par cette culture Afro-Américaine.

 

 

 - Sélection musicale 4 (en bas d'article) -

 

 savoy.jpg

 - Savoy Club à Harlem, New York City circa 1930 (Source : JM) -

 

 

 

D'ailleurs, lors de notre article consacré aux Zazous, dans la rubrique "Jazz Au Clair", nous avions justement abordé ce parallèle entre Modernism et fan de Jazz.

La danse à toujours été un moyen de se démarquer au sein de la véritable scène Modernist, elle représente bien plus qu'une simple pratique délassante.

La pratique passionnée de la danse, dans une soirée Modernist, demande justement une certaine connaissance des codes régissant notre culture.

 

La danse a toujours eu un rôle premier dans notre culture, elle reflète justement toute l'attention et cette obsessionnelle précision Modernist.  

 

 

 Alexandre Saillide-Ulysse

 

75 M.N.S

 

 

Sources :

 

 - Henry Louis Gates "Harlem Renaissance lives from the African-American Biography", Editions OXFORD University Press, 2009.

- Eliane Seguin "Histoire de la danse Jazz", Editions CHIRON, Paris, 2003.

- Laurent Cugny, "Analyser le Jazz", Editions OUTRE-MESURE, Paris, 2009

- Alexandre Pierrepont, "Le champs Jazzistique", Editions PARENTHESES, Paris, 2002.

 

 

Références musicales :

 

- Sélection1Jimmy Mc Griff "A Thing To Come By" - SOLID STATE Records (2531) - 1969

- Sélection 2 : Marlowe Morris Quintet "Play That Thing" - COLUMBIA Records (42218) - 1961

- Sélection 3 : Mose Allison "You Mind is on vacation" - ATLANTIC Records (5021) - 1962

- Sélection 4 : Jowey Zawinul "Money in the pocket" - ATLANTIC Records (5060) - 1966



24/09/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 109 autres membres