Le Cercle Modernist

Le Cercle Modernist

Jamaïcan 45's Libellus

ken.jpg

- Sound System en Angleterre  circa 1970/71 (Source : S.P UK) -

  

 

Le choix du titre "Jamaïca 45's Libellus" pour cette partie, souligne le fait que nous la consacrerons aux disques vinyles.

Des pièces exclusivement en format 45 tours.

Des vinyles provenant tous précisément de Jamaïque.

Spécifions, tout d'abord, qu'il n'y a pas d'ordre de préférence dans le choix du classement.

SEPARATEUR.png

De plus, chaque galette est sélectionnée avec soin pour sa qualité intrinsèque.

 Un choix attentif de 10 galettes, toutes produites, donc, sur la prolifique et torride île de Jamaïque.

Cette sélection est aussi  accompagnée d'une étude plus détaillée.

Cette dernière, portant sur quatre morceaux particulièrement caractéristiques d'une période de la musique des West Indies

 

sticker-palmier.jpg

 

 

La Sélection du Cercle Modernist

  

 

   - Sugar Minott  - "Oh Mr"  - COXSONE 0091  (1969)

 

 

  - The Kingstonians  - "Suferer" -  BIG SHOT 508 (1968)

 

 

 The Versalites   -"Children get ready" - CRAB 1  - (1968)

 

 

 - Slim Smith   - "Rougher Yeat" - COXSONE 7034(1967)

 

 

 - Mr Foundation  "All Rudies in jail" - COXSONE 2003  - (1967)

 

 

 - The Eternals   -"Queen of the Ministerl" - COXSONE 7091  - (1969)

 

 

 - Reggaeites & The Rudies  - "Harris wheel"  - CRAB 32 (1969)

 

 

  Val Bennett   - "Reggae City"  - CRAB 6 (1969)

 

 

 - Ken Boothe   - "Moving away"  - STUDIO ONE 3064  (1968)

 

 

- Norma Fraser  The first cut is the deepest"  - COXSONE  3023  (1967)

 

 

 

   prince-buster.jpg

- (Source : F.R) -  



 Plus en détail...

  

 Mr Foundation - "All Rudies in jail" - COXSONE 200

th (1).jpg - (Source : 75 M.N.S) -

 

 

Comment ne pas débuter cette revue de 45 tours Jamaïcains originaux avec ce morceau fétiche pour beaucoup d'amateur de Roots West Indies Flavor ! 

"All Rudies in jail" est tout simplement une vraie perle, pourvue de l'emblématique son originel du label STUDIO ONE de Kingston.

Une authentique perle qui vous fait frisonner dés qu'elle caresse le diamant de votre platine et balance son "bakground" si particulier.

Ce morceau sort sur le label STUDIO ONE.

SEPARATEUR.png

Label de notre désormais très proche connaissance "Sir Coxsone" (reportez vous à l'article intitulé "COXSONE Narratio")

 "All Rudies in jail" est enregistré par le plus connu des duo familiaux musicaux Jamaïcain.

Ce duo musical familial est composé d'un frère , Alton Ellis, et d'une soeur, Hortense Ellis.

C'est déjà un duo musical très connu à cette époque.

studio-one.jpg

Ils enregistrent ce véritable chef-d'oeuvre sous le pseudonyme de "Mr Foundation".

Les pseudonymes sont légions à l'époque.

Ils permettent aux artistes d'enregistrer différents morceaux sans problèmes de droits, entre autres...

La galette est donc gravée dans les locaux de Brentford Road en Juin 1967.

SEPARATEUR.png

Le morceau est une réponse (un "clash"), au morceau "Rudie", enregistré lui en 1966 sur le même label.

Le morceau original est enregistré par un certain Bob Marley, qui n'est pas encore devenu le "messie" Rastafari.

Le duo composé d' Alton et d' Hotense Ellis répliquent à Bob que tous les jeunes (Youth) du Ghetto ne sont pas des Rude Boys.

 Ils insistent sur le fait que les vrais "bandits" doivent aller en prison...

 

 

 4e1ad47902e590c87d84beef0f69185e.jpg

 - Alton Ellis 1967 (Source : B.B) -

 

 

En fait, le duo Mr Foundation demande à Bob Marley de ne pas stigmatiser les jeunes du Ghetto.

Ils clament que ce ne sont pas des voyous... et oui déjà à cette époque !

 •

Ce morceau est marqué, dès ses premières notes, par la profondeur sensuelle d'un tempo envoûtant.

Le tout accompagné par un Toast de la superbe voix d' Alton Ellis.

Agrémenté d'un jeu de piano légèrement teinté de son Latino.

SEPARATEUR.png

Piano joué par le surdoué Jackie Mitto, conférant une touche mélancolique incomparable à ce morceau.

Le duo est accompagné par Bunny Williams, qui a participé à l'aventure du groupe des Soul Vendors.

Le groupe créé exprès pour la tournée effectuée par le label COXSONE en Angleterre durant l'année 1967.

 En bref, un véritable "must" qu'il est toujours possible de dénicher, même si les prix deviennent complètement fous de nos jours.

En raison de l'intérêt grandissant autour de notre culture...

   damier_noiretblanc1_120809.gif

 Val Bennett - "Raggae City" - CRAB 6A

CRAB.jpg-  (Source : 75 M.N.S) -

 

 

                                                                                          

 Encore un morceau emblématique d'un label, et surtout d'une période très spécifique de la musique Jamaïcaine.

 Une période postérieure à celle abordée, ci-dessus, avec le morceau de Mr Foudation "All Rudie in jail", sur le label COXSONE.

Val Bennett nous projette lui  directement à la fin des années 1960, en 1969 plus exactement.


 La période du Rock Steady est désormais révolue en Jamaïque.

SEPARATEUR.png

Le rythme s'est ralenti, même si il reste encore attaché au tempo cadencé de ses racines venants du Mento. 

Mais, c'est surtout l'amplitude des basses qui changent pour devenir de plus en plus présentent et puissantes dans les Sound System.

C'est bien la genèse du Reaggae, souvent appelée "Early Reaggae", qui débute en 1968.

Cette période va déboucher plus tard sur le Reaggae pure, appelé "One Drop" dans années 1970.

 

 

crab.png

- (Source : P.R) -

 

 

Le titre "Raggae night" place directement le morceau dans son environnement, celui du label exclusivement dédié au Reaggae :  CRAB Records.

C'est un petit label mythique, subdivision du label PAMA Records.

Il sort plusieurs dizaines de galettes, entre 1968 et 1971.

Tous ces singles CRAB sont devenus des classiques grâce (ou à cause.?.) des innombrables rééditions.

 Mais ce sont les originaux qui nous intéressent, et ceux-ci sont très recherchés de nos jours.

SEPARATEUR.png

De véritable Graal pour les SuedeHead's et les Modernist.

 •

Notre morceau "Raggae night" est la sixième production (CRAB 6) juste après le superbe single "Spread your bed" des Versatiles.

 C'est Derrick Morgan qui va récolter le plus de ventes pour le label CRAB, grâce surtout aux succès rencontrés en Angleterre.

CRAB va être en effet un des principaux "pourvoyeur" de Early Reaggae au Royaume-Uni, tout comme le label TROJAN Records.

 Une petite parenthèse, pour annoncer que nous aborderons très prochainement, dans cette rubrique "West Indies Insula", le débat engagé autour des différentes dénominations données à cette musique lors de ses débuts : Reaggae ou Raggae, ou Straeggae...?... 

 

damier_noiretblanc1_120809.gif

          The Eternals "Queen of the ministrels" - COXSONE 7091  

MINISTREL.jpg

 - COXSONE 7091  (Source : 75 M.N.S) - 

 

 

 Précisons dés le départ que ce morceau "Queen of the Ministrels" est une production particulièrement rare du label Coxsone et donc difficile à trouver...

Si par bonheur vous avez cette chance, attendez-vous à faire chauffer votre carte Visa pour payer le prix demandé...

Un prix qui s'envole de plus en plus de nos jours pour acquérir toutes ces pièces Jamaïcaines.

Pour être plus précis cette galette se négocie facilement autour des 250 à 300 Livres Strerling.

SEPARATEUR.png

En fait pour être franc, avec l'engouement actuel pour le vinyle, ce morceau pourrait facilement prendre encore de la valeur... 

 •

"Queen of the ministrels" (avec le morceau intitulé "Star"en face B) est enregistré durant la période d'or du label COXSONE, en Mai 1969.

Une période qui voit le Rock Steady sérieusement s'estomper face à l'arrivée du Reaggae.

 Groupe de la période post "DownBeat Sound System" de "Sir Coxsone", la formation des Eternals est dirigée par le charismatique chanteur Cornell Campbell.

 

 coxsone.jpg

 

Cornell Campbell est un ancien membre (comme son ami Jimmy Riley) du groupe The Sensations.

Groupe produit sur le label de Duke Reid, le concurrent direct de Clement Dodd Coxsone.

Le chanteur Corn Campbell a une voix douce de falsetto.

SEPARATEUR.png

Cette voix donne justement au morceau une douceur très caractéristique aux premières productions de Early Reaggae produites entre 1968 et 1969.

Comme avec Mr Foundation, nous retrouvons la profondeur envoûtante du premier son du label COXSONE.

 Un son chargé d'une mélancolie accentuée par des coeurs omniprésents.

 

 

P407-1-1.png
- Cornell Campbell en 1967 (Source : O.L) - 

 

 

Cornell Campbell est accompagné par Ken Price et Errol Widson, sur les deux faces du singles.

Il est intéressant de noter que la face B, avec le morceau "Stars", bénéficie d'un travail spécifique autour des consoles.

Celles-ci sont renouvelées, tout comme la modulation des basses du studio d'enregistrement qui sont perfectionnées.

SEPARATEUR.png

Cette technique augmente considérablement la puissance.

Elle amplifie plus précisément  le "ressenti" grâce à la modification du "mph" (la vitesse).

Ce sont tout simplement les premiers pas du Dub...

  

 damier_noiretblanc1_120809.gif

 

 The Kingstonians "Suferer" -  BIG SHOT 508

sufere.jpg- CRAB 508 (Source : S.B) -

 

 

Et bien oui, pour ce premier "Jamaïcan 45's Libellus" la préférence est clairement affichée pour les morceaux emblématiques des West Indies.

"Suferer" du groupe The Kingstonians fait justement partie de ces morceaux qui ont marqués l'histoire du Reaggae.

• 

Dès que l'on évoque le nom des Kingstonians, il vient tout de suite à l'esprit celui du talentueux chanteur Jackie Edwards.

Le groupe est également composé du frère de Jackie, Lloyd "Footy" Bernard avec également Lloyd Kerr , dès sa création fin 1966.

SEPARATEUR.png

 Il connaissent un premiers succès en 1967, avant "Suferer", avec "Winey Winey" gravé sur le petit label RIO.

 •

Lors de leurs premiers pas, ils sont produits par J.J Johnson;

Il va collaborer plus tard avec Derrick Harriott, comme nous allons le voir.

Précisons que nous abordons ici exclusivement la galette sur le label BIG SHOT, et non le tout autant incontournable album, sorti en 1970 sur TROJAN Records.

 

big_shot.jpg

 

Ce single sort lui sur le label BIG SHOT en janvier 1969.

 Ce label Anglais de pure Reaggae  va produire pas moins de 118 singles entre 1968 et 1970.

Le morceau est un véritable classique : il est vite repris sur la compilation du label TROJAN "Tighen up Vol 2".

Puis, surtout lors de l'émission de télévision "Man Alive", diffusée par la BBC en 1969, à propos des Skinheads originaux.

 SEPARATEUR.png

Avec son roulement de tambour dès les premières secondes, accompagné par le son de l'orgue, il représente parfaitement ce son propre au Early Reaggae.

 Un son que nous apprécions particulièrement avec nos cousins Suedeheads, ou Skinheads originaux !

"Suferer" est justement un véritable hymne...

Les vrais liens culturels sont bien là...

 

 

hqdefault.jpg
 - Jackie Edwards en 1965 (Source : R.M) -

 

 

Mais, à l'origine le morceau veut décrire et dénoncer une situation spécifique.

Celle particulièrement catastrophique de la population en Jamaïque.

C'est bien "We a Sufferah...We a Sufferah", "Nous les miséreux..." que chante d'une voix puissante Jackie Edwards !

Le talent du producteur et chanteur Derrick Harriott explique aussi en partie le succès remporté par ce morceau.

SEPARATEUR.png

Il est accompagné ici par le groupe des Crysalites.

 Derrick Harriott est un producteur et un homme d'affaire particulièrement efficace pour le groupe.

 Il va même participer aux choeurs du groupe sur certains morceaux !

Une époque fantastique retranscrite par cet inoubliable morceau... 

 

 Alexandre Saillide-Ulysse.

 

 

75 M.N.S

 

 



15/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 109 autres membres