Le Cercle Modernist

Le Cercle Modernist

Franck Frost

 frank-frost.jpg

 - Franck Otis Frost  (Source : SR) -

  

Franck Otis Frost (1936-1999) représente pour le Cercle Modernist la part obscure et fascinante du Blues Afro-Américain. Bluesman d'exception, Franck Frost est un des grands maîtres de l'harmonica du Delta Blues. Ce n'est qu'à la fin des années 1970 que son oeuvre musicale va être redécouverte, pour être enfin reconnue à sa juste valeur.

images (4).jpg

Le son des fabuleuses compositions jouées par Franck Frost retentit souvent dans les Clubs Modernist. Franck Frost fait partie de ces artistes musiciens de Blues Afro-Américain peu connus mais activement révérés et fièrement admirés par la culture Modernist depuis plusieurs générations.

 

- Référence musicale 1 (en bas d'article) -

 

 preview.jpg

 - Carte du Delta Blues Museum 1983 (Source : EGV)  

 

Comme pour de nombreux artistes et musiciens Afro-Américains avant la Seconde Guerre Mondiale, les informations concernant la date, le lieu de naissance, tout comme le déroulement de carrière de Franck Frost sont demeurées longtemps imprécises. Une imprécision biographique qui est longtemps demeurée récurrente pour de nombreuses personnalités issues de  la culture Afro-Américaine.

Effectivement, les registres de naissance n'étaient pas toujours d'une grande rigueur. De plus, les informations concernant les naissances des Noirs Afro-Américains n'étaient pas toujours correctement retranscrites. Effectivement, la terrible et inhumaine ségrégation raciale était toujours en cours dans les états du Deep South.

Finalement, c'est grâce au travail de recherches acharné fait par des historiens de la musique Blues Afro-Américaine, et à la "réapparition" de ses morceaux grâce à Michael Franck le propriétaire de la compagnie de disques Earwing Music Company, que Franck Frost sort enfin de l'anonymat.

images (4).jpg

Selon les informations disponibles à ce jour, Franck Otis Frost serait donc née en 1936 dans le comté de Jackson situé dans l'état de l'Arkansas qui borde le fleuve Mississippi. Je tiens à souligner que certains chercheurs et musicologues pensent qu'il serait plutôt né en 1938 dans le conté de Woodruff, toujours dans l'Arkansas.

 

Comme souvent entre spécialistes passionnés, le débat reste ouvert même si ces deux dates restent très proches. Ce qui est certain, c'est que Franck Otis Frost est le fils de Theodore et Dorthula Frost : c'est une famille Afro-Américaine typique des états ruraux du sud des Etats-Unis. Des racines que Franck Frost va soigneusement cultiver, en développant un style de jeu musical authentique.

Franck Frost a la particularité d'être un Bluesman qui ne va pas quitter sa terre natale, celle du profond Deep South, à la différence de ses amis Bluesmen du Mississippi qui vont, pour la plupart, se diriger vers les grandes métropoles urbaines du nord des Etats-Unis dans l'espoir d'améliorer leur difficile existence.

 

- Référence musicale 2 (en bas d'article)

 

télécharger (7).jpg

 - Franck Otis Frost (Source : BLM) -

 

Dans les années 1940, la famille de Franck Frost décide de s'installer dans la ville de Saint-Louis, grande ville située également au bord du Mississippi dans l'état du Missouri. Comme beaucoup de famille  Afro-Américaine venant du Deep South rural et pauvre, Theodore et Dorthula les parents de Franck Frost, veulent échapper à la ségrégation raciale et à la misère sociale.

Le jeune Franck Frost  va commencer apprendre a jouer différents instruments de musique dans sa prime jeunesse lorsqu'il accompagne ses parents à l'église dans l'Arkansas. De ce fait, Franck Frost devient multi-instrumentiste dés son plus jeune âge. C'est donc au cours de cet apprentissage à l'église qu' il commence a jouer de l'orgue, puis du piano et de la guitare, pour enfin s'atteler à l'harmonica !

L'harmonica va demeurer l'instrument de prédilection, et le moyen d'expression privilégié pour Franck Frost tout au long de sa carrière artistique. L'écoute des puissants riffs émis par son harmonica reste incontestablement un moment privilégie pour apprécier la profondeur et la puissance du Blues Afro-Américain.

images (4).jpg

Cette préférence pour l'instrument à vent d'exception qu'est l'harmonica va pousser le jeune Franck à améliorer sa technique de jeu en fréquentant des harmonistes plus expérimentés, Durant les années 1940, la plupart des musiciens Afro-Américains de Blues utilise l'harmonica. Ce dernier est clairement un des instruments représentatifs du Blues Afro-Américains durant seconde moitié de XXe siècle.

Même si c'est bien durant les années 1940 que l'harmonica électrique amplifié se perfectionne (en grande partie grâce aux "bricolages" de génie effectués par les musiciens eux-mêmes) les grandes marques vont mettre du temps avant de proposer un modèle d'harmonica électrique amplifié techniquement satisfaisant. De plus, ce phénome ne concerne au départ que les grandes mégalopoles, comme par exemple Chicago avec John Lee Hooker.

Dès 1954. tout juste âgé de 18 ans, Franck Frost débute son apprentissage : il effectue quelques "tournées" de concerts avec le Bluesman (chanteur, guitariste, et harmoniciste) Robert Nighthawk (1909-1967) lui-même originaire de l'Arkansas. Franck va poursuivre ses expériences avec le fils de Robert NighthawkSam Carr (1926-2009), batteur de Blues de grande qualité qui va devenir un ami proche. Puis, c'est au tour de Sonny "Boy" Williamson de le prendre littéralement sous son aile quelques temps : il sera son guitariste entre 1956 et 1959.

 

- Référence musicale 3 (en bas d'article) -

 

A-328160-1152696446.jpeg.jpg

 - Robert Nightwack (Source : BLM) -

 

C'est donc avec la maître harmoniciste Sonny "Boy" Williamson que Franck Frost va avoir le privilège de poursuivre son apprentissage pour perfectionner son jeu à l'harmonica, son instrument de prédilection. Touché par le charisme et la volonté du jeune apprenti, Sonny "Boy" Williamson va donc le prendre sous son aile durant trois années très pleines.

Après quelques temps d'apprentissage assidu, Franck Frost va donc devenir le guitariste de Sonny "Boy" Williamson entre 1956 et 1959. C'est une période faste dans la carrière de Sonny "Boy" Williamson qui a rejoint le label des frères Chess, du label Chess Records, en 1951. Sonny "Boy" Williamson est déjà un artiste connu cette époque grâce à ses prestations dans l'émission radiophonique "King Biscuit Time".

L'émission radiophonique "King Biscuit Time" fut certainement l'une des émissions consacrées au Blues Afro-Américain les plus célèbres. L'émission était diffusée par la Radio KFFA, située à Helena justement dans l'état de l'Arkansas. La diffusion radiophonique des morceaux de Sonny "Boy" Williamson va très largement contribuer à forger son image légendaire de Bluesman pionnier et charismatique.

images (4).jpg

Franck Frost va donc activement contribuer aux nombreux enregistrements qui vont forger la légende de Sonny "Boy" Williamson. avec la compagnie de disques Chess Records. Le label des frères Chess est déjà, durant ce début des années 1950, un des poids lourd de l'industrie du disque de la ville de Chicago.

Même si liste des morceaux est trop grande pour s'arrêter sur chaque perle musicale créée par "Sonny Boy" Williamson, certaines séances particulièrement remarquables sont à souligner comme "Let Me Explain' / Your Imagination" (Checker Records 834 / 1956), "Let Your Conscience Be Your Guide" (Checker Records 927 / 1959) , ou encore l'extraordinaire "Ninety Nine" (Checker Records 883) en 1958.

Cet apprentissage auprès de Sonny "Boy" Williamson grâce à son rôle de sideman assidu va indéniablement permettre à Franck Frost d'acquérir une véritable profondeur dans son jeu musical. Les accords de son harmonica rappellent clairement la puissance et la maitrise de Sonny "Boy" Williamson. Cette proximité musicale explique en partie le fort intérêt suscité par Franck Frost auprès des spécialistes et passionnés de Blues Afro-Américain

 

- Référence musicale 4 (en bas d'article) -

  88

20-95daccf54e.jpg

- Sonny "Boy" Williamson, Sam Carr et franck Frost (Source : BC) -

 

Toute histoire, même heureuse, à une fin : Franck Frost va donc quitter Sonny "Boy" Williamson en 1959. Frank va donc retrouver son ami Sam Carr, le fils de Robert Nighthawck qu'il avait rencontré quelques années auparavant comme nous l'avons vu. Franck Frost et Sam Carr s'entendent parfaitement et leur harmonieuse collaboration est vite repérée par Sam Phillips, le fondateur de Sun Records.

Sam Phillips, le producteur et créateur de l'illustre compagnie de disques Sun Records en 1949, va immédiatement les faire enregistrer dans les studio de sa compagnie. Les deux compères sont vite rejoints par l'excellent guitariste Big Jack Johnson. Le trio met au point, lors de deux séances demeurées mythiques, une musique authentique, simple et trépidante.

images (4).jpg

Constitué en majeure partie de morceaux terriblement efficaces l'album Lp, édité par le label nouvellement créée Phillips International, figure parmi les meilleures réussites de la musique Blues durant cette période dans les classements nationaux. Franck Frost, Johnson, et Sam Carr gravent plusieurs superbes morceaux bruts et stimulants, dont "Everything's alright", "Lucky to be living", ou encore "Jack's Jump".

The Nighthawks, nouvelle formation de Frank Frost et Sam Carr, va  accompagner Robert Nighthawk lors de ses tournées dans le Delta du Deep South entre 1962 et 1967. Frank Frost et son acolyte vont également graver plusieurs faces pour le label Jewel Records à Nashville sous la supervision de Scotty Moore le guitariste d'Elvis Presley. Ils reproduisent leur Juke-Joint Blues frais et direct assez proche de ce qu'ils ont joué pour Sun Records ; mais, cette fois pour Jewel Records avec des singles devenus légendaires. 

 

- Référence musicale 5 (en bas d'article) -

 

frank-frost-my-back-scratcher-1966-s.jpg

- Jewel Records (765) Mai 1966 (Source : 75 M.N.S®) -

 

Le groupe des Nighthawks est composé par Oscar Williams à l'harmonica, Chip Young à la basse, Sam Carr s'occupe bien entendu de la batterie. Pour sa part, Frank Frost est le chanteur du groupe, mais il joue aussi de la guitare, et bien entendu de l'harmonica. Les nombreuses séances d'enregistrement effectuées par le groupe des Nighthawks vont produire plusieurs réussites et succès incontestables,

Ces morceaux de Blues authentiques de Franck Frost vont aussi devenir de véritables hits souvent joués aux platines des meilleurs Clubs Modernists. Le morceau "My Back Scratcher" (voir ci-dessus) que Franck Frost a repris à l'immense Slim Harpo ( une de ses influences majeures) remplit toujours pleinement la piste de danse ; tout comme ses autres morceaux "Harp and soul", et "Pretty baby". 

images (4).jpg

Lorsque Franck Frost est redécouvert par Michael Franck, le propriétaire du label Earwing Music Company, au début des années 1970 ; le groupe des Nightawks change de nom et devient celui des Jelly Roll Kings. Bien entendu, ce n'est pas le changement de nom par le groupe qui explique un plus large succès : c'est plutôt le public amateur de Blues Afro-Américain qui s'est élargi !

Même si le nom des Nightawks disparait, le groupe des Jelly Roll Kings garde exactement les mêmes membres. Indéniablement Franck Frost va connaître un succès plus important avec les Jelly Roll Kings. Le Blues joué par la formation des Jelly Roll Kings est un Blues authentique et percutant, le jeu de Franck Frost est arrivé à maturité et les sonorités produites par ses acolytes sont exceptionnelles.

 

 - Référence musicale 6 (en bas d'article) -

 

LB7p1-scaled.jpg

 - Magazine "Living Blues" avec Franck Frost en 1971 (Source : 75 M.N.S®) -

 

Tout comme de nombreux musiciens de Blues Afro-Américain, Franck Frost va largement profiter du retour au premier plan du public attiré par un Blues authentique. Une nouvelle génération de passionnés et amateurs éclairés de Blues Afro-Américain s'investit pour connaître et faire connaître cette musique issue des racines des Etats-Unis d'Amérique.

Le magazine "Living Blues" présenté ci-dessus, tout comme les autres magazines spécialisés dont l'illustre "Soul Bag", illustre parfaitement ce nouvel engouement culturel pour la culture du Blues Afro-Américain. Cet engouement est le résultat de la diffusion de la culture Noire Afro-Américaine qui va irriguer le monde occidental de l'après Seconde Guerre Mondiale.

 •

Mais, c'est en partie par le biais de la vague dite du British Blues, qui débute vers la fin des années 1960, que le Blues Afro-Américain va connaître une véritable renaissance grâce à un nouveau public plus large, jeune, et blanc. La musique Blues est désormais intégrée à l'ensemble des musiques contemporaines, étrangement a contrario de la musique Jazz, pourtant issue elle même de cette culture Afro-Américaine.

images (4).jpg

La musique Jazz va encore rester cantonnée et classée comme une musique irrémédiablement "intellectuelle", alors que le Blues va s'intégrer plus rapidement et facilement parmi les musiques contemporaines. Même si sa musique est teintée par différentes influences musicales, le Blues de Franck Frost reste totalement ancré dans les racines de ce qui est communément appelé le Delta Blues.


C'est au début du 20ème siècle que le terme "Blues" fait peu à peu son apparition dans le langage musical. Mais,  c'est au milieu des Années Folles (1920-1930) qu'il va naitre réellement sous sa toute première forme, que l'on va justement appeler le Delta Blues. Le Delta Blues, aussi appelé "Blues traditionnel" ou "Blues du sud", est donc l'un des deux grands genres majeurs de Blues.

Ce Delta Blues est géographiquement originel du sud profond des Etats Unis, principalement dans le Delta du Mississippi. Plus vieux et moins connu que son frère le "Chicago Blues", il est tout autant mythique, complexe et passionnantLe Delta Blues est originellement et principalement joué avec une guitare acoustique ou un harmonica, comme justement avec Franck Frost.

 

- Référence musicale 7 (en bas d'article) -

 

15-531c5b16c1.jpg

- Franck Frost et la groupe The Jelly Roll Kings circa 1972 (Source : BLM) -

 

Plus tard, le Blues du Delta va aussi être joué avec une multitude d'instruments différents qui vont donner un son très spécifique à ce Blues rural propre au Delta. Les instruments musicaux peuvent aussi être plus simple comme avec une corde accrochée sur une planche. N'oublions pas les vibrants chants a capella accompagnés d'un rythme tapé dans les mains.

D'autres accessoires et instruments musicaux vont être spécifiquement associés au Delta blues comme en particulier le fameux Bottleneck (cou de bouteille), ce nom vient du fait que les Bluesmen, après avoir vidé leur Whisky, cassaient le cou de la bouteille qui faisait donc office d'onglet. Des onglets aussi utilisés sous une forme plus traditionnelle, généralement pour jouer du Banjo, ou plus simplement de la guitare.

images (4).jpg

Comme je l'ai souligné auparavant, le Blues du Delta est une musique très acoustique, et c’est originellement un Blues musicalement "solitaire", contrairement à son homologue de Chicago qui est électrique et joué en groupe. Automatiquement, étant donné cette absence d’instruments variés, la simple combinaison guitare acoustique/voix pourrait sonner vide, plat, voire manquer de force ? Et bien, c’est justement là où le Delta Blues prend toute son ampleur.

Plus précisément, pour combler ce vide musical, les grands joueurs de Delta Blues vont développer une technique de jeu complexe, riche, très caractéristique, et surtout terriblement efficace : le picking. Le picking consiste grossièrement à remplacer un orchestre ou un groupe avec une seule et même guitare. Cette technique très caractéristique au Bluesmen du Delta va devenir une de ses marques de fabrique.

 

- Référence musicale 8 (rn bas d'article) -

 

frankfrost2.jpg

- Franck Frost durant les années 1980/90 (Source : TRB)) -

 

Il me semble également primordial de souligner que malgré son indéniable talent de musicien, Franck Frost, comme d'innombrables musiciens de génies Afro-Américains ne gagnait pas assez d'argent pour vivre dignement de sa musique. Cette situation injuste est due à l'avidité des producteurs, et à une industrie du disques qui s'arrangeait toujours pour tirer le meilleur bénéfice de la ségrégation raciale.

Une ségrégation raciale de la société toujours en cours qui représentait souvent un obstacle insurmontable pour beaucoup d'artistes Noirs Afro-AméricainsDe ce fait, au cours de sa vie, Franck Frost va occuper une variété impressionnante d’emplois en dehors de sa riche et prolifique carrière musicale. Franck Frost va donc d'abord travailler, entre autres, comme concierge d’école pendant treize ans à Lula dans le Mississippi.

Comme il va l'expliquer lui-même lors d'une des interview faites après sa "redécouverte " grâce au label de Michael Franck dans les années 1970 : "vous ne pouviez pas gagner votre vie avec le Blues aux États-Unis. Tu dois avoir un emploi ou tu ne vas pas le faire". Franck Polk n'a jamais été dupe tout le long de son existence d'Homme Noir".

images (4).jpg

Dans les années qui vont suivre, Franck Frost va multiplier les apparitions sur scène, en studio d'enregistrement, et également pour divers événements commémoratifs. Franck Frost va ainsi jouer du piano sur l'album "I'm The Oil Man" de Big Jack Johnson pour Earwig Records. Toujours pour le label de Michael Franck, Frost va sortir son propre album en 1988. Au début des années 1990, la reconnaissance du public envers ce véritable pionnier du Blues va s'illustrer de la plus belle façon.

Franck Frost va effectivement avoir le privilège d'apparaitre sur la bande originale de l'exceptionnel documentaire réalisé par Robert Palmer "Deep Blues" en 1992Un film documentaire sur le Blues Afro-Américain acclamé par le grand public, tout comme par les spécialistes. Ce brillant documentaire va indiscutablement contribué à faire reconnaître le Blues authentique du Sud. L'année suivante, Franck Frost et Sam Carr vont se retrouver une nouvelle fois après toutes ces années de collaboration.

En 1993, les deux amis vont donc de nouveau entrer dans des studios d'enregistrement, produit par le guitariste Fred James. Mais, malheureusement, c'était le dernier tour d'honneur de ce grand personnage du Blues Afro-AméricainFranck Otis Frost va effectivement mourir à la suite d’un arrêt cardiaque le 12 octobre 1999, à son domicile d’Helena en ArkansasFranck Frost avait 63 ans, il laisse le public orphelin d'un des plus authentiques représentant du Blues Afro-Américain.



- Référence musicale 9 (en bas d'article) -

 

frank-frost-blues-harmoinca.jpg

- Franck Frost circa 1990 (Source : BLM) -

 

Lorsqu'il était encore parmi nous, Franck Otis Frost avait déclaré, : "J’adore le Blues. J’adore le Blues ! Je suis né pour le Blues et je jouais le Blues depuis longtemps. Et vous rencontrez tellement de jeunes. Des gens qui sont jeunes, qui jouent du Blues aussi fort que moi : cela me fait du bien ! "

 images (4).jpg

La force du message musical, et les différentes particularités de l'oeuvre forgée par Franck Frost explique la place toute particulière que ce Bluesman authentique dans la culture musicale Modernist. Une culture Modernist historiquement et intrinsèquement liée à cette culture et cette musique Afro-Américaine.

 

Alexandre Saillide-Ulysse

75 M.N.S® 

 

Sources :

 

- Robert Palmer "Deep Blues", traduit par Olivier Borre et Dario Rudy éditions Allia, Paris, 1982

 

- Patrick Bard et Patrick Raynal "Blues Mississippi Mud",

éditions La Martinière, Paris, 1993

 

- Philippe Bas-Raberin "Les Incontournables du Blues",

éditions Filipacchi, Paris, 1994

 

- Gérard Herzhaff "La Grande Encyclopédie du Blues",

éditions Fayard, Paris, 1997- 2008

 

- David et Gérard Herzhaff "Le Livre de l'Harmonica", éditions Fayard, Paris, 2008

 

- Gérard Herzhaft "Dossier Delta Blues, magazine Soul Bag**,

numéro 129, Juillet 2015

 

- Divers numéros des magazines "Blues Unlimited", "Living Blues", "Blues Magazine", "Soul Bag"**

 

 

Références musicales :

 

- Sélection 1 : Robert Johnson "Preachin' Blues",

Columbia Records (1654), 1961

 

- Sélection 2 : Franck Frost "Jelly Roll, King",

Phillips International Records (3578), 1962

 

- Sélection 3 : Robert Nighthawk "Maggie Campbell",

States Records (131), 1954

 

- Sélection 4 : Sonny "Boy" Williamson "Keep It To Yourself",

Checker Records (847), 1956

 

- Sélection 5 : Franck Frost "My Baby Scratcher",

Jewel Records (765), 1966

 

- Sélection 6 : Franck Frost "Harpin' On It",

Jewel Records (771), 1966

 

- Sélection 7 : The Jelly Roll Kings "Road Of Love",

Earwing Music Records (LPS-4901), 1979

 

- Sélection 8 : Franck Frost "Pocket Full Of Money",

Jewel Recordsn (778) - 1966

 

- Sélection 9 : Franck Frost "Pretty Baby",

Jewel Records (869), 1980

 

 

Discographie 45Tours U.S :

 

* Franck Frost "Jelly Roll King" / "Crawlback",

Phillips International Records (3578), 1962 

 

* Franck Frost "My Baby Scratcher / Harp And Soul",

Jewel Records (765), 1966

 

* Franck Frost "Things You Do / Harpin'On It",

Jewel Records (771), 1966

 

* Franck Frost "¨Pocket Full Of Money / Ride With You Daddy Tonight", Jewel Records (778), 1966

 

* Franck Frost "My Baby Scratcher / Harp And Soul",

Jewel Records (854), 1980

 

* Franck Frost "My Baby Scratcher / Harp And Soul",

Ronn Records (94), 1980

 

* Franck Frost "Things You Do / Pretty Baby",

Jewel Records (869), 1980



28/08/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 516 autres membres